Opération Vol avec Robert Wagner, Malachi Throne, Fred Astaire.
Écrit par Christophe Dordain   
21-08-2015

Image

Une série créée par Roland Kibbee.

Un dossier conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : ABC Television / Roy Huggins Productions.

 

Version réactualisée de ce dossier avec la galerie de photos de la série.

OPERATION VOL

(1968/1970)

 

Image

 

Alexander Mundy est un voleur professionnel talentueux et pétri de classe. Malheureusement pour lui, il a commis une seule erreur : celle de se faire prendre. Enfermé dans la prison de San Jobel en Californie, il est contacté par des émissaires du gouvernement américain qui lui proposent, en échange de sa liberté retrouvée, de mettre ses dons particuliers au service de son pays pour accomplir des missions d'espionnage. Dans le cadre de cette activité périlleuse, il est aidé par Noah Bain qui l'aide et le surveille à la fois.

Robert Wagner a surtout marqué les esprits par son rôle de Jonathan Hart, le justicier milliardaire de la série "Pour l'Amour du Risque". Il est pourtant apparu dans d'autres séries, d'une qualité non négligeable, telles "Colditz", dès 1972, et "Switch", à partir de 1975, ou bien cette "Opération Vol" dans le rôle d'un prisonnier que l'on contraint à effectuer diverses missions fort délicates. Précisons qu'il s'est offert une vedette de choix comme compagnon durant quelques épisodes de la troisième saison, puisqu'il s'agit de Fred Astaire dans le rôle de son père.

 

Image

 

LE CONCEPT

"Opération Vol", puisque tel est son nom en français, une traduction plutôt heureuse cette fois vous en conviendrez, constitue la première participation de Robert Wagner à une série télévisée. En effet, ce fils d’un magnat de l’industrie de l’acier qui avait refusé de poursuivre l’œuvre de son père afin d’embrasser la carrière de comédien, avait connu des débuts plus que réussis grâce à des films tels que "Prince Vaillant" sous la direction d'Henry Hataway, en 1954, ou "Les Jeunes Loups" de Michael Anderson quatre ans plus tard. Toutefois, malgré l’immense succès de "La Panthère Rose" signé Blake Edwards, en 1963, c’est plutôt Peter Sellers, et fort justement, qui tirait son épingle du jeu.

Ainsi, au milieu des années 1960, la carrière cinématographique de Robert Wagner semble donc se ralentir et c’est, par exemple, avec l’appui bienveillant de son vieil ami Paul Newman que Robert Wagner obtient le rôle de Allen Taggert dans "Détective Privé" de Jack Smight, en 1966. Sa prestation est remarquée par la critique qui lui accorde une mention particulière. Ce retour en grâce auprès du public et des journalistes amène de nouvelles propositions à un comédien qui a déjà plus de 10 ans de carrière de lui.

D’une façon pas si curieuse que cela, c’est de la télévision, alors en pleine expansion, que vient une proposition intéressante en la personne de Lew Wasserman, le grand patron de l’agence MCA (Music Corporation of America), une importante multinationale qui régnait alors sur le marché de la distribution des programmes de la télévision et qui travaillait de façon étroite avec les studios Universal. Les scénaristes et producteurs de l’époque l’avaient d’ailleurs surnommé « La Pieuvre » et son grand patron, Lew Wasserman, servit de modèle pour élaborer le personnage de Lew Wickersham dans la première saison de "Mannix").

Nous sommes donc en 1967 et Wasserman propose à Wagner d’intégrer la distribution artistique d’une nouvelle série conçue par Roland Kibbee. Néanmoins, le comédien, dans un premier temps, refuse en s’appuyant sur un principe énoncé en son temps par Cary Grant : « Je ne fais pas de télévision parce que les téléspectateurs ne paient pas pour me voir ». Pourtant, en discutant de cette offre dans son entourage, Wagner constate qu’on l’encourage à accepter, David Niven faisant partie des plus fervents partisans et insistant sur le fait qu'il ne fallait pas qu'il manque une telle opportunité.

 

Image

 

QUI ETES-VOUS Mr MUNDY ?

"Opération Vol" relate les aventures d'Alexandre Mundy, un voleur professionnel atypique, dont le charme et l’excellente éducation en font l’escroc le plus romantique qui soit pour se déplacer dans les hautes sphères de la finance et de la politique. Toutefois, ses capacités indéniables ne l’empêchent pas d’être pris en flagrant délit et emprisonné. C’est derrière les barreaux qu’il reçoit cette étrange proposition : soit demeurer en prison pendant de nombreuses années, soit accepter de travailler pour le gouvernement américain qui a l’intention d’utiliser ses aptitudes hors du commun de façon officieuse dans des missions dangereuses qui se dérouleront en priorité dans les milieux diplomatiques, aristocratiques, de la haute finance, etc.

Afin de coordonner ses interventions, Alexandre Mundy doit obéir à un contact. Tout d’abord, Noah Bain (interprété par Malachi Throne dans les deux premières saisons diffusées entre janvier 1968 et avril 1969 sur ABC), puis Wally Powers (incarné par Edward Binns au cours de la troisième saison diffusée, elle, de septembre 1969 à mars 1970 toujours sur ABC, Malachi Throne ayant quitté la série car il n’acceptait pas de rester à Los Angeles alors qu’une grande partie des épisodes de cette dernière saison étaient tournés en Europe et notamment en Italie). Au cours de cette ultime saison, Alexandre Mundy change de statut pour devenir un agent indépendant. Il est aidé dans ses missions par son père, un autre voleur notoire, personnage qui est joué par Fred Astaire.

C’est en 1970, par l’intermédiaire de la 2ème chaîne de l’O.R.T.F, que le public français découvrira les dangereuses aventures d'Alexandre Mundy. La série obtiendra un large succès qui explique qu’une majorité des 66 épisodes ait été programmée dans notre pays. La dernière fois par la chaîne du satellite et du câble : 13ème Rue.

 

Image

 

UNE SERIE-CARREFOUR

En acceptant la proposition de Lew Wasserman, Robert Wagner devint quasiment le premier "espion-cambrioleur" de l'histoire de la télévision. Tel qu'on l'aperçoit dans le pilote qui, à notre connaissance, ne fut jamais diffusé en France mais que l'on peut se procurer par la bande sur Ebay aux Etats-Unis. Alexander Mundy est un voleur de bijoux que Noah Bain, un représentant d'une agence secrète du gouvernement des USA, vient chercher dans sa prison en lui mettant en main le marché suivant : moisir derrière les barreaux pour de longues années ou devenir un voleur à la solde de l'état fédéral.

Au-delà de cette idée de départ, "Opération Vol" se situe à la confluence de deux courants télévisuels en vogue à la télévision américaine quand le pilote est tourné, c'est-à-dire en octobre 1967. Ces deux courants sont représentés par deux séries majeures : "Des Agents Très Spéciaux" (1964/1968) et "Mission : Impossible" (1966/1973). A ce titre, Gene L. Coon (producteur des premiers épisodes des "Mystères de l'Ouest" en 1965 et de "Star Trek") et Glen A. Larson reconnaissaient bien volontiers les nombreux emprunts fait à ces deux séries. Par exemple, Dean Hargrove, un des scénaristes des "Agents Très Spéciaux", fut engagé pour superviser les scripts de "Opération Vol". On peut également observer que cette dernière débuta sa carrière au moment, où, "Des Agents Très Spéciaux" s'apprêtaient à quitter l'antenne après plus d'une centaine d'épisodes diffusée.

Quant aux influences de "Mission : Impossible", elles apparaissent de façon significative dans le déroulement des aventures d'Alexander Mundy. La plupart du temps, les talent de Mundy sont requis afin de réaliser des "missions presque impossibles". C'est cet aspect qui est le plus développé dans la première partie de l'épisode, la seconde étant centrée sur l'action de notre sympathique voleur afin de mener à bien sa tâche. C'est notamment ce schéma presque immuable qui est utlisé au cours de la première saison. Dans cette perspective, les scènes où Mundy évolue dans les vastes demeures et autres châteaux où il doit dérober tel ou tel objet sont plus que réussies, car soutenues par la mise en scène de solides téléastes tels que Sutton Roley, Don Weis, Barry Shear et tant d'autres.

Terminons enfin en observant qu'il existe un décalage majeur entre les deux premières saisons et la troisième : les relations entre Noah Bain et Alexander Mundy, faites d'une alternance entre les menaces de Bain et les railleries et autres moqueries de Mundy, sont très réjouissantes et donnent un sacré piment aux 44 premiers épisodes. Par contre, la double introduction de Wally Powers (interprété par Edward Binns) et du père de Alexandre, Alistair Mundy, joué par Fred Astaire, en lieu et place du personnage tenu par Malachi Throne, au cours de la troisième saison, n'a pas permis pas à la série de trouver un second souffle. C'est pourquoi la production s'est arrêtée au début du printemps 1970 après 66 épisodes tournés.

 

Image

 

LE CREATEUR : ROLAND KIBBEE

Né le 15 février 1914 à Monongahela dans l'Etat de Pennsylvanie, Roland Kibbee présente une riche carrière de scénariste et de producteur pour le petit écran. En tant que scénariste, on lui doit une grande partie des scripts de la série "Barney Miller" lancée aux USA en 1975, programme dont il fût également le producteur exécutif. "Barney Miller" (qui fut diffusée du 23 janvier 1975 au 09 septembre 1982) peut être considérée comme un ancêtre de "Capitaine Furillo" puisque racontant la vie quotidienne de policiers du 12ème District dans le quartier de Greenwich Village à New York.

Roland Kibbee est également producteur exécutif du programme "The NBC Mystery Movie" qui a vu les grands débuts de séries aussi fameuses que "Columbo" avec Peter Falk, "Banacek" avec George Peppard, "McMillan" avec Rock Hudson et "Un Shérif à New York" avec Dennis Weaver. Pour la première série citée, Kibbee a écrit de nombreuses enquêtes du célèbre inspecteur entre 1973 et 1975.

Ajoutons, pour conclure, que la carrière de Roland Kibbee ne s'est pas cantonnée au petit écran. En effet, dès les années 40 et 50, il avait écrit de nombreux scénarios : par exemple "Vera Cruz" de Robert Aldrich en 1954 ou "Le Corsaire Rouge" de Robert Siodmak, deux classiques interprétés par le grand Burt Lancaster. A ce titre, Roland Kibbee a dirigé Burt Lancaster en 1973 dans un superbe polar intitulé "Le Flic se Rebiffe". Ultime détail, Kibbee est également l'auteur du texte lu par l'excellent Harrison Ford en voix-off dans la première version de "Blade Runner", le chef d'oeuvre de Ridley Scott, sorti en 1982.

Roland Kibbee est décédé le 05 août 1984 à Encino en Californie.

 

Image

 

LES COMEDIENS

Robert Wagner

Né en 1930, le jeune Robert Wagner quitte sa ville natale, Detroit, pour la chaleur d’Hollywood et devenir acteur. En moins de quatre ans et dix films (dont un "Titanic" en 1953 et quelques uns avec Richard Widmark), Robert Wagner décroche son premier grand rôle dans "Prince Vaillant" d’Henry Hathaway. Il tourne ensuite dans une douzaine de films populaires, entre westerns, polars et films de guerre. En 1963, on le découvre dans un registre plus détendu, dans "La Panthère Rose" de Blake Edwards. Il tourne encore un peu pour le cinéma puis ses choix vont se tourner vers la télévision.

Il est le héros d’une série pour la première fois en 1968, dans "Opération Vol", partiellement produite par Glen A. Larson. Plus tard, ils retravailleront ensemble sur "Switch" entre 1975 et 1978. Entretemps, l’acteur aura participé à plusieurs téléfilms et une autre série de prestige : "Colditz" (1972/1974).

Dans les années 70, il apparaît quand même au cinéma dans de grosses productions comme "La Tour Infernale", "La Bataille de Midway" ou "Airport 80 : Concorde". A la fin des années 1970, il délaisse de nouveau progressivement le cinéma pour la télévision et enregistre un immense succès populaire avec la série "Pour l'Amour du Risque" qui sera diffusée de 1979 à 1984 et même prolongée par sept téléfilms de prestige programmés entre 1994 et 1996.

Toutefois, même si Robert Wagner est moins présent sur les grands écrans, sa réputation et son prestige sont demeurés intacts. Beaucoup de jeunes acteurs l’admirent et lui demandent de participer à leurs films. Le cas le plus hilarant, et rentable, restera son rôle de numéro deux dans les Austin Powers. On l’a vu aussi dans "The Player" de Robert Altman, "Dragon" de Rob Cohen, "Sexcrimes" aux coté de Kevin Bacon et Neve Campbell, "La Tête dans le Carton à Chapeaux" avec Melanie Griffith ou encore "Les Adversaires" avec Woody Harrelson et Antonio Banderas.

Rappelons pour mémoire ses principales prestations télévisées :

- Alexander Mundy dans "Opération Vol" (diffusion du 9 janvier 1968 au 14 septembre 1970 sur ABC);

- Le lieutenant Phil Carrington dans "Colditz" (28 épisodes diffusés sur BBC 1 entre le 19 octobre 1972 et le 25 janvier 1973 pour la première saison (16 épisodes) et du 07 janvier au 01 avril 1974 pour la seconde saison (12 épisodes). Il est à noter que cette série a connu un grand succès en France lors de sa diffusion sur TF1 en 1972 et au cours de sa rediffusion en 1983;

- Pete Ryan dans "Switch" aux côtés de Eddie Albert (diffusion du 09 septembre 1975 au 03 septembre 1978 sur CBS). Un programme qui a bénéficié, lui aussi, d'un grand écho dans l'hexagone. C'était le mercredi soir, vers 20h30, sur Antenne 2, à partir de 1976, et l'auteur de ces lignes se souvient avec nostalgie de ce rendez-vous hebdomadaire tant attendu par les collégiens que nous étions alors;

- Jonathan Hart dans "Pour l'Amour du Risque" avec Stephanie Powers (une production Aaron Spelling et Leonard Goldberg diffusée du 22 septembre 1979 au 03 juillet 1984 sur ABC);

- James Greyson Culver dans "Lime Street" (diffusion du 21 septembre au 02 novembre 1985 sur ABC), une série diffusée confidentiellement en France dans les années 90.

 

Image

 

Malachi Throne

Malachi Throne est natif de l'Etat de New York où il vit le jour le 1 décembre 1928. On compte pas moins d'une centaine de séries auxquelles il a participées en tant que vedette invitée depuis "Naked City" le 25 juillet 1959 jusqu'à "The West Wing" le 09 octobre 2002. Toutefois, "Opération Vol" demeure sa seule participation de longue durée à un programme télévisé.

 

Image

 

Fred Astaire

Est-il vraiment nécessaire de présenter Fred Astaire, le prince de la danse et de la comédie musicale avec le comédien-réalisateur Gene Kelly ?

Né le 10 mai 1899 à Omaha dans l'Etat du Nebraska, il apprend à danser afin de suivre l'exemple de sa soeur Adèle, avec laquelle il va former un duo de music-hall dès l'âge de 7 ans. Bien plus tard, en 1933, il intègre le studio de la R.KO. (Radio Keith Orpheum) où il tournera de nombreux films jusqu'en 1939. Il y rencontre Ginger Rodgers avec laquelle il formera un duo entré depuis dans la légende du 7è art. Au milieu des années 1940, il entre à la MGM (Metro Goldwyn Mayer) où il travaillera notamment avec Cyd Charisse.

A la fin des années 60, sa carrière décline quelque peu et la télévision lui vient en aide avec la série "Opération Vol". Toutefois, le cinéma ne l'oublie pas puisque on le voit dans la super-production qu'est "La Tour Infernale" produite par Irwin Allen en 1974. En France, Yves Boisset le fera tourner dans "Un Taxi Mauve", en 1977, aux côtés de Philippe Noiret et de Charlotte Rampling.

Une de ses dernières prestations télévisées date du 28 janvier 1979 pour le 15ème épisode de la série "Galactica" ("La Voix du Sang" - "The Man with Nine Lives") dans le rôle de Caméléon.

Fred Astaire nous a quittés le 22 juin 1987.

 

Image

 

FICHE TECHNIQUE

Créée par : Roland Kibbee

Producteurs : Gene L. Coon, Glen A. Larson, Winston Miller, Frank Price, Mort Sarcoff

Producteurs exécutifs : Frank Price, Jack Arnold, Gordon Oliver

Producteurs associés : Mort Zarcoff, Glen A. Larson

Supervision des scénarios : Glen A. Larson

Consultant aux scénarios : Dean Hargrove

Responsables de plateau : Joe Cavalier, James M. Walters, Jr

Thème musical : Dave Grusin

Musique : Dave Grusin, Billy Goldenberg, Richard Shores, Benny Golson, Ralph Ferraro, Lyn Murray

Supervision musicale : Stanley Wilson

Directeurs de la photographie : Ray Flin, Andrew Jackson, Ralph Woosley, Enzo Serafin, Richard Batcheller, Gene Polito, William Margulies

Supervision du montage : Richard Belding

Montage : Frank Morris, Robert F. Shugrue, Edwin H. Bryant, Douglas Stewart, John Elias, J.J. Berthelot, Edward Haire, Tony Martinelli, Frank Morris, George Ohanian

Assistant au montage : Ron Meredith

Assistants-réalisateurs : Frank Losee, Ralph Ferrin, Jack Doran, Richard Learman, Fabrizio Castellani, Robert G. Stone, Richard Bennett Steinhauer, John Clarke Bowman

Conseiller technique : Dan Hanks

Décors : Marvin March, John McCarthy, Joseph Stone, Robert C. Bradfield, James M. Walters, Sr

Directeurs artistiques : Alexander A. Mayer, Amelio Crugnolia

Son : Melvin M. Metcalfe, Sr

Costumes : Burton Miller, Metka Koask, Hugh McFarland

Maquillage : Bud Westmore

Coiffures : Larry Germain

Conseiller pour la couleur : Robert Brower

Cascadeurs : Charlie Picerni, Jerry Brutsche, Budd Albright, George Robotham, Steven Burnett, George Orrison, Chuck Courtney, Dick Crockett, Howard Curtis, George Sawaya, Fred Carson, John Sistrunk, Dennis McCarthy, Mike Masters, Lee Stanley, Dan Scott, Robert Munk, Jerry Summers, Guy G. Way

Générique et effets optiques : Wayne Fitzgerald / Universal Title Technicolor

Tournage : dans les studios Universal à Los Angeles, et en Europe, notamment en Italie, à partir de la saison III

Production : Universal Studios / Roy Huggins Productions (1968/1970)

 

 

LE GUIDE DES EPISODES

LA GALERIE DE PHOTOS DE LA SERIE

Dernière mise à jour : ( 21-08-2015 )