VISITEURS ACTUELS

Il y a actuellement 5 invités en ligne

ACTEURS TV

Dack Rambo

Image

Un portrait conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : NBC Television.

Lire la suite...
 

ACTRICES TV

Diana Rigg.

Image

Un portrait et une galerie conçus par Régis Dolle.

Crédits photographiques : ABC Television / Avengers Productions.

Lire la suite...
 

REALISATEURS TV

George McCowan.

Image

Les grands réalisateurs de séries télévisées.

Un dossier conçu par Christophe Dordain.

Lire la suite...
 

PRODUCTEURS TV

David Gerber

Image

Un portrait conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : NBC Television / CBS Television / David Gerber Productions.

Lire la suite...
 

FILMS TV

Alerte sur le Wayne de Marvin J. Chomsky avec Leonard Nimoy, Joseph Cotten, William Windom.

Image

Un téléfilm produit par Bruce Lansbury.

Un dossier conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : ABC Television / MCA Universal Pictures.

Lire la suite...
 

GUIDES D'EPISODES ANNEES 2010

Body of Proof avec Dana Delany, Jeri Ryan, Nicholas Bishop. Guide des épisodes.

Image

Une série créée par Chris Murphey et Matt Gross.

Un guide conçu par Noah Ward.

Crédits photographiques : ABC Television.

Lire la suite...
 

GUIDES D'EPISODES ANNEES 2000

Battlestar Galactica avec Edward James Olmos, Mary McDonnell, Jaimie Bamber. Guide des épisodes.

Image

Une série créée par Glen A. Larson et Ronald D. Moore.

Un guide conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : Sci-Fi Channel.

Lire la suite...
 

GUIDES D'EPISODES ANNEES 80

V avec Marc Singer, Robert Englund, Michael Ironside. Guide des épisodes.

Image

Une série créée par Kenneth Johnson.

Un guide conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : Warner Bros Television.

Lire la suite...
 
Les séries télévisées diffusées par l'ORTF en 1967 : Vidocq. Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Christophe Dordain   
23-03-2016

Image

Un dossier conçu par Christophe Dordain et Patrick Ducher.

Crédits photographiques : ORTF / Gaumont Télévision International.

VIDOCQ

(1967)

 

Image

 

PREAMBULE

Le présent article a pour objectif de partir à la redécouverte des programmes télévisuels d'antan. Il s'agit donc d'un regard bienveillant sur une époque, où, la télévision ne comptait que quelques chaînes qui, mécaniquement, concentraient l'essentiel des téléspectateurs de l'époque devant le petit écran. Ce dernier utilisant alors de nombreux feuilletons et moultes séries télévisées pour alimenter ses programmes. Tel est le cas avec "Vidocq" interprétée par le regretté et talentueux Bernard Noël.

 

Image 

 

PRESENTATION

Eugène François Vidocq est non seulement un personnage historique un brin surprenant, mais aussi le héros de plusieurs films et de deux séries télévisées interprétées respectivement par Bernard Noël puis par Claude Brasseur.

C'est sur la base de ses mémoires de publiées en 1827 que Georges Neveux écrit son projet de série. Il transforme cependant quelque peu le personnage, le rendant moins odieux, moins monstrueux, plus cocasse et attachant qu'il n'était en réalité... C'est Marcel Bluwal, réalisateur, qui a choisi personnellement les principaux comédiens. Bernard Noël a immédiatement accepté le rôle de Vidocq qui sera l'un de ses meilleurs rôles à la télévision avec "Gaspard des Montagnes" mis en scène par Jean-Pierre Decourt en 1965. Marcel Bluwal a également choisi Geneviève Fontanel (Annette), Jacques Seiler (Henri Desfossés) et Alain Mottet (Flambart) avec lesquels il avait déjà travaillé notamment dans "Les Indes Noires".

"Vidocq" est une série télévisée française en 13 épisodes de 25 minutes, en noir et blanc, créée par Georges Neveux et Marcel Bluwal, et diffusée à partir du 07 janvier 1967 sur la 1ère chaîne de l'ORTF. Rediffusion sur Ciné Cinéfil en août 93 et sur Ciné Classics, en multidiffusion, de novembre 2000 à février 2001.

 

Image  

 

INTERVIEW DE GEORGES NEVEUX, L'AUTEUR DU FEUILLETON

A l'issue de la diffusion des premières aventures de "Vidcoq" qui avait satisfait très largement le public de l'époque, se posait le problème d'une éventuelle suite à donner. A ce sujet, Georges Neveux fut interviewé par Georges Hilleret pour le compte du magazine Télé 7 Jours dans le numéro 368 en date du 07 avril 1967. Dans cet article, questionné sur les prochaines aventures de "Vidcoq", Georges Neveux déclarait que : "pour continuer "Vidcoq", je réclame une heure. Tout simplement. Les vingt-quatre minutes trente secondes hebdomadaires allouées sont insuffisantes pour monter, développer et conclure une histoire. C'est la lutte contre la montre. Que de bonnes choses, et c'est le drame, il faut laisser en route parce que telle scène ne peut excéder deux minutes dix secondes, ou telle autre une minute quinze !"

Au sujet du développement des intrigues, on apprend à la lecture de cet entretien, que Georges Neveux s'attendait à une tâche somme toute assez facilé à réaliser. Toutefois, l'auteur du feuilleton dût rapidement déchanter : "Au début, j'étais heureux comme tout. Je me disais que c'était bien facile et que je ferai une séquence par semaine. Deux jours pour trouver l'intrigue, deux jours pour écrire les dialogues et deux jours pour tout mettre au net... Ce programme s'est fort bien passé pour les trois premiers épisodes. Et puis, c'est devenu de plus en plus difficile. Au bout de la course, le dernier épisode du feuilleton m'a demandé un mois d'entier. C'était dur, très dur. Tout ce qui me venait à l'idée me demandait un développement d'une heure."

Interrogé également sur ce que pensait Bernard Noël quant au fait de tourner une suite à "Vidocq" et sur le succès du feuilleton à l'étranger, Georges Neveux précisait dans cet article que "Bernard Noël n'est pas très chaud pour continuer, et je le comprends. Il a très peur d'être trop marqué par le rôle. En fin de compte, la question sera tranchée par le Canada. Curieux, non ? Parce que le feuilleton étant revendu à l'étranger, le Canada ne peut acheter que des productions qui se débitent en tranches afin d'y intercaler de la publicité. C'est la raison de la sacro-sainte durée des trentes minutes pour tous les feuilletons : vingt-quatre minutes trentes secondes plus le générique et les spots publicitaires. Pourtant le Canada ne compte que pour une part, car les autres pays qui achètent nos feuilletons, Belgique, Suisse et Allemagne, sont, en principe, d'accord pour des épisodes d'une durée d'une heure entière."

On apprend enfin que le projet de feuilleton décrivant les aventures d'un bagnard n'avait guère séduit les dirigeants de l'ORTF au début : "je suis évidemment content du succès de "Vidocq", parce que c'est moi qui en ai eu l'idée et qui y ai cru le premier. On n'en voulait pas. Personne. J'ai dû écrire deux épisodes d'avance pour arriver à l'imposer. Et cela a marché. Non seulement parce qu'on m'en parle, mais aussi parce que j'ai vu, dans les grands magasins, des panoplies de Vidocq ! Ca, c'est vraiment le signe."

Le voeu de Georges Neveux concernant la durée des épisodes sera finalement excausé puisque la série "Les Nouvelles Aventures de Vidocq", diffusée entre janvier 1971 et décembre 1973, comptera 13 épisodes de 60 minutes, mais sans Bernard Noël disparu entretemps...

 

Image

 

A PROPOS DE BERNARD NOEL

Bernard Gaston Jean Noël, pour l'état civil, est né à Saint Dizier le 05 octobre 1924. Lauréat du conservatoire d'art dramatique de Paris en 1949, il avait été engagé à la Comédie Française, où il demeura trois ans avant d'aborder le boulevard et des pièces aussi différentes que, par exemple, « Cyranno de Bergerac » d'Edmond Rostand, « Caterina », première pièce de Félicien Marceau, « Victor ou les enfants au pouvoir » de Roger Vitrac, sous la direction de Jean Anouilh,« L'acheteuse » de Steve Passeur.

Au cinéma, il tourne peu de films: on l'a vu notamment dans « Feu follet » de Louis Malle, « La Ronde » de Roger Vadim, « Une femme mariée » de Jean Luc Godard. Mais il était surtout connu et aimé du grand public pour ses grands rôles joués à la télévision française, en particulier « Vidocq » feuilleton en 13 épisodes de 26 minutes réalisé par Marcel Bluwal et Claude Loursais en 1967 (Claude Brasseur reprendra son rôle à sa mort pour la deuxième et troisième série intitulée « Les nouvelles aventures de Vidocq ».

Il a également été un remarquable Petruccio dans « La Mégère apprivoisée » réalisée par Pierre Badel aux côtés de Rosy Varte, Gaspard dans « Gaspard des Montagnes » adapté du roman auvergnat d'Henri Pourrat par Claude Santelli et réalisé par Jean-Pierre Decourt en 1965 , Lousteau dans les « Illusions perdues », « Malatesta » de Montherlant.

Grand, brun, séduisant, il laisse le souvenir d'un acteur de qualité au talent très varié et d'une exceptionnelle gentillesse que tous, les gens du métier et le public s'accordaient à lui reconnaître. Atteint d'un cancer des voies biliaires, cet homme plein de vie disparaît à l'âge de 44 ans le 2 septembre 1970. Il est inhumé au cimetière de Chavanges, Aube, France.

 

Image

 

FICHE TECHNIQUE

Scénario original et dialogues : Georges Neveux

Directeurs de la photographie : Maurice Damien, André Bac

Cameramen : Gaston Muller, Yves Agostini

Son : Gérard Brisseau, Jacques Bissière

Décors : Gabriel Paris, Jean Gut

Costumes : Christiane Coste

Musique : Serge Gainsbourg

Montage : Geneviève Vaury, Isabelle Collignon, Hélène Gagarine, Gabrielle Gabrielidis

Assistants-réalisateurs : Claude Ventura, Guy Seligmann, Michel Hermant

Régie : Jean Guillaume

Directeur de production : Etienne Laroche

Production : ORTF / Gaumont Télévision International (1966)

 

Image

 

LE GUIDE DES EPISODES

Comme vous pourrez le constater, pour cette première diffusion en France, le rythme retenu a été celui d'une programmation hebdomadaire. Quant au choix des épisodes, il a strictement respecté l'ordre prévu. Le créneau horaire retenu pour la première diffusion de la série en France fut le samedi à 20h30 et l'on peut estimer que plusieurs millions de téléspectateurs ont suivi les aventures du célèbre bagnard lors de cete première programmation.

 

Saison I (07 janvier au 01 avril 1967)

 

1.01 - Le Mort-Vivant

Diffusion le : 07 janvier 1967 sur la 1ère chaîne de l'ORTF

Scénario : Georges Neveux / Réalisation : Marcel Bluwal

Avec : Mario David (Hurtrel), Pierre Duncan (Le forgeron), Françoise Le Bail (Lisette), Patrick Lemaître (Un premier enfant), Gérard Palatrat (Le deuxième enfant), Pierre Pernet (Fil de Fer), Raymond Meunier (Puldu), Claude Richard (Un gendarme)

Vidocq est arrêté ! Entre deux argousins, il marche, dans le petit matin froid, enchaîne avec son fidèle Desfossés et le petit clown Fil de Fer qu'un destin plus clément aurait peut être rendu plus célèbre... Or, Fil de Fer, justement, va changer le cours du destin. Simulant une crise d'hystérie, il sème la confusion dans le groupe. En quelques secondes, les chaînes sont brisées, les trois larrons se séparent et Vidcoq, seul désormais, trouve refuge chez une jeune et jolie veuve...

- Marcel Bluwal est l’un des plus anciens et des plus célèbres réalisateurs de la télévision française. Artiste engagé et metteur en scène ambitieux, sa filmographie regorge d’adaptations de pièces et de romans lyriques du répertoire mondial. Bluwal en profite pour remettre en cause l’interprétation courante et figée des grands auteurs classiques. Il transforme finalement des sujets rebattus en films très personnels. Dans une dédicace adressée à Jean d'Arcy, il écrit : « nous avions envie de faire de la télévision et de faire la télévision ». Né de parents juifs polonais, Marcel Bluwal devient le réalisateur le plus engagé de la télévision française. Dans son autobiographie Un Aller, il évoque son enfance et sa rencontre précoce avec le septième art. Il voue déjà une véritable passion pour la mise en scène des images animées. Les plus grands réalisateurs tels que Carl Theodor Dreyer ("Vampyr" - 1932) ou encore Jacques Feyder ("La Loi du Nord" 1942) en sont les principaux inspirateurs. À l’époque des grands bouleversements politiques, le jeune Marcel Bluwal découvre l’espoir du Front populaire en 1935, puis la montée brutale et soudaine de l’antisémitisme. Son adolescence est bouleversée par la seconde guerre mondiale en 1939 et l’occupation allemande. Suite à la rafle du Vel D’Hiv en 1942, son professeur de piano cache le jeune Marcel et sa mère pendant près de vingt-sept mois dans une pièce close et étroite.

Après la Libération de Paris, Bluwal est admis à l’École technique de la photo et du cinéma de Vaugirard. Quelques années plus tard, il fait son entrée à la télévision qu’il n’abandonnera pas, sauf pour quelques tentatives cinématographiques peu fructueuses ("Le Monte-Charge" 1962, " Carambolages" 1963).

Pour le petit écran, il débute avec la réalisation d’émissions enfantines jusqu’en 1954, année où il met en scène ses premières dramatiques en direct (Le Pèlerin…). En 1960, il réalise le film télévisé "La Surprise", qui remporte la palme d’Or du film de télévision au festival de Cannes. À cette époque, il signe avec Marcel Moussy un nouveau concept d’émission à caractère social, qui s'occupe de préoccupations concrètes : "Et si c’était vous…" Dans Le Figaro littéraire, Claude Mauriac déclare à propos de l’émission : « la vérité dans la simplicité » et André Bazin d’affirmer dans Radio, Ciné, Télévision : « L’un des trois ou quatre événements de la télévision française, depuis ses origines ». La série s’arrête en plein succès…

Bluwal décide finalement d’affirmer son goût pour le baroque dans des films spécialement réalisés pour la télévision : "Les Perses" (1961), "Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais (1961), "Le Scieur de long", d’après sa propre pièce de théâtre (1963), "Woyzeck" de Georg Büchner (1963), "Dom Juan ou le festin de pierre" d’après Molière, considéré comme son chef d’œuvre (1965), "Le Jeu de l'Amour et du Hasard" (1967) et "La Double Inconstance" (1968), inspirés de Marivaux, Beaumarchais ou "Les 60 000 fusils" (1966), inspiré de la vie du célèbre auteur… Bluwal adapte aussi par la suite deux autres grands auteurs classiques : Dostoïevski en 1969 ("Les Frères Karamazov") et Victor Hugo en 1972 ("Les Misérables").

En 1962, il lance le concept du feuilleton avec la série des "Inspecteur Lecler"c, mais décroche le succès en 1967 grâce à la célèbre série "Vidocq". Deux suites sont d’ailleurs créées en 1970 et en 1972 avec Claude Brasseur.

De 1973 à 1986, il réalise des drames au sein d’univers bourgeois tels que "Antoine Bloyé" (1973), "Thérèse Humbert" (1985) ou encore "Music Hall "(1985). Avec le film d’anticipation "1996", réalisé en 1987, Bluwal s’est parfaitement adapté au style de la télévision contemporaine. Ce polar orwellien tire un portrait au couteau d’un univers télévisuel en pleine dégénérescence. Ce maître de la fiction sut aussi exercer son talent dans d’autres domaines : celui de la variété, avec des émissions comme "La Boîte à sel" (de 1956 à 1958), "L'École des Vedettes" et "Discorama" (de 1959 à 1963), "Tête Bêche" (1966) ; pour des séries télévisées à caractère social comme "Celles qui parlent", "Vieillir au Soleil" ; à l’opéra et au théâtre, pour la mise en scène : "Don Juan revient de la guerre" (1975), "Les Femmes savantes" de Molière, "Don Quichotte de la Manche" d'après Cervantès (1979), "La Clémence de Titus" de Mozart (1986)...

En 2008, après 13 ans d'absence à la télévision, Marcel Bluwal dirige la mini-série "À droite" toute consacrée à la montée de l’extrême droite en France durant les années 1935-1937 à travers la formation de La Cagoule, organisation clandestine d'extrême-droite qui fomentait le renversement de la République. La série de 200 minutes, diffusée sur France 3 en février 2009, a reçu le FIPA d’argent 2008 de la meilleure série, les FIPA d’or pour l’interprétation masculine à Bernard-Pierre Donnadieu et pour la meilleure musique à Antoine Duhamel ainsi que le prix du meilleur scénario à Marcel Bluwal et Jean-Claude Grumberg. 

 

Image 

 

1.02 - L'Eternel Evadé

Diffusion le : 14 janvier 1967 sur la 1ère chaîne de l'ORTF

Scénario : Georges Neveux / Réalisation : Marcel Bluwal

Avec : Alain Mottet (inspecteur Flambard), Jacques Ferrières (Un policier), Michel Muller (Un policier), Jacques Bodoin (Coco Lafleur), Léonce Corne (Le dictionnaire), Paul Gay (Jacquelin)

Vidocq, évadé de prison, retourne chez la veuve qui l'a trahi. Evidemment, quelqu'un comptait l'y revoir : Flambart en personne. Pour échapper à la souricière, une seule issue pour Vidocq : le cabriolet du policier ! Une course-poursuite effrenée s'engage...

 

1.03 - Vidocq et les Faux Témoins

Diffusion le : 21 janvier 1967 sur la 1ère chaîne de l'ORTF

Scénario : Georges Neveux / Réalisation : Claude Loursais

Avec : Marcel Champel (Grouard), Etienne de Swarte (Herbaut), Jacques Ferrières (Un policier), François Cadet (Un truand), Lucien Camiret (Un policier), Bernard Cara (Le concierge), Hélène Boucaut (Francine), Eric Husberg (Un voyou)

Vidocq raconte son passé tumultueux à la jolie Annette qu'il rencontre dans la boutique de l'antiquaire Grouard. Bien des années auparavant, Vidocq était épris d'une jeune fille, Francine, qui fut retrouvée blessée dans sa chambre. Arrêté, conduit en prison, il fit la connaissance d'Herbaut et de Grouard. Ceux-ci, absorbés par de mystérieux "travaux d'écriture" ne firent guère attention à lui. Profitant d'une occasion, Vidocq s'enfuit... et fut repris, plusieurs mois plus tard, sous l'inculpation de "faux et usage de faux". Ses deux compagnons de cellule l'avaient chargé de leurs forfaits... Aujourd'hui, Vidocq vient pour se venger mais Grouard a le temps de le dénoncer à la police... 

- Claude Loursais, né le 18 novembre 1919 à Paris et mort le 25 juillet 1988 à Avignon d'une crise cardiaque, est un réalisateur, scénariste et producteur de la télévision française, ainsi qu'un pionnier de la télévision française. Loursais a notamment mis en scène 56 épisodes de la série "Les Cinq Dernières Minutes" entre 1958 et 1982.

 

1.04 - Vidocq à Bicêtre

Diffusion le : 28 janvier 1967 sur la 1ère chaîne de l'ORTF

Scénario : Georges Neveux / Réalisation : Claude Loursais

Avec : Serge Bento (Un fou), Bernard Cara (Le concierge), Hélène Dieudonné (Soeur Angèle), Bernard Lajarrige (Le cocher), Jean Saudrey (Un prisonnier de l'asile), Serge Gainsbourg (Un prisonnier de l'asile)

Repris par l'inspecteur Flambert parce qu'il a pris le risque de se promener dans Paris pour retrouver les faux témoins qui l'ont fait condamner, Vidocq est détenu à la prison de Bicêtre. Demain, c'est le grand départ des bagnards pour Toulon. Vidocq décide de s'échapper avec son camarade Desfossés et y parvient par une ancienne tranchée qui se trouve sous la prison et rejoint l'asile psychiatrique voisin où, d'abord suspectés par les occupants de l'asile, ils finissent par s'enfuir. A la sortie, il leur reste à payer le cocher qu'Annette a fait venir devant la prison. C'est une toute autre affaire...

 

1.05 - Le Crime de la Mule Noire

Diffusion le : 04 février 1967 sur la 1ère chaîne de l'ORTF

Scénario : Georges Neveux / Réalisation : Claude Loursais

Avec : Bruno Balp (Le gardien), Jacques Seiler (Henri Desfossés), Jacqueline Danno (Justine), Bernard La Jarrige (Le cocher), Bernard Musson (Le notaire Bardoux), Robert Porte (Monsieur de Flochereau)

Résumé de l'épisode prochainement...

 

1.06 - L'Armée Roulante

Diffusion le : 11 février 1967 sur la 1ère chaîne de l'ORTF

Scénario : Georges Neveux / Réalisation : Marcel Bluwal

Avec : Jacques Rispal (Barabarre), Alric (Chalembier), Henri Poirier (Le capitaine), Gabriel Gobin (Le patronà, Alain Janey (Un gendarme), Martin Trévières (L'Haricot)

Après sa brillante enquête à l'auberge de la mule Noire, au cours de laquelle il a pu confondre deux assassins, Vidocq part pour paris dans le cabriolet de l'inspecteur Flambart. Il a rendez-vous avec Annette et Desfossés...

 

1.07 - La Baraque aux 36 Etoiles

Diffusion le : 18 février 1967 sur la 1ère chaîne de l'ORTF

Scénario : Georges Neveux / Réalisation : Claude Loursais

Avec : Germaine Delbat (Soeur Opportune), Bruno Balp (gardien), Camiret (Un policier), Bernard Cara (Le concierge de Bicêtre), Gérard Dournel (Etienne), Louisette Rousseau (La dame), Pierre Tornade (Torniflon), Maurice Travail (Le patron)

Vidocq et Desfossés sont de nouveau arrêtés. Pendant ce temps, Annette est parvenue à rejoindre le petit théâtre ambulant qui a planté ses tréteaux devant la prison. Les deux bagnards vont tenter de s'évader encore pour rejoindre la "Baraque aux 36 étoiles". Mais comment se procurer une lime ? Trouver un chemin de sortie ?

 

1.08 - Les Olympiens

Diffusion le : 25 février 1967 sur la 1ère chaîne de l'ORTF

Scénario : Georges Neveux / Réalisation : Marcel Bluwal

Avec : Fred Personne (Lebel), Claude Joseph (Vandermot), Jacques Ruisseau (Le Brigadier), Maurice Garrel (L'adjudant de semaine), Albert Dagnant (Le Président des Olympiens), Michel Charrel (La sentinelle)

Pour échapper à la police et essayer de refaire sa vie ailleurs, Vidocq s'est embarqué pour les îles du Pacifique, mais au bout de quelques mois, la vie de corsaire lui pèse et il a très envie de revoir Annette. Vidocq retrouve alors la terre ferme avec un nom tout neuf, celui du Brigadier Lebel, un de ses compagnons mort. C'est donc avec cette nouvelle identité que Vidocq se présente à la caserne de Boulogne. Mais, il va vite s'apercevoir qu'il peut s'avérer dangereux de se glisser dans la peau d'un autre...

 

1.09 - L'Auberge de la Mère Tranquille

Diffusion le : 04 mars 1967 sur la 1ère chaîne de l'ORTF

Scénario : Georges Neveux / Réalisation : Marcel Bluwal

Avec : Dominique Zardi (Le premier forçat), Jean-Pierre Moutier (Bornichon), Sacha Briquet (Le Marquis), Jacques Alric (Chalembier), Marcel Charvey (Thierry), Alain Janey (Le gendarme), Lysiane Rey (Mme Berthe)

En s'éloignant de Boulogne dans le cabriolet de Flambart, Vidocq et Annette font une curieuse rencontre : au détour d'une route, ils voient s'avancer vers eux une chaîne de bagnards. Vidocq, par peur d'être reconnu par un ancien compagnon qui l'a déjà trahi, l'évite. Or, une seconde chaîne vient à la rencontre del a première. Il se réfugie alors avec Annette à "L'auberge de la Mère Tranquille". Ce lieu devient vite un piège car c'est autour de cette auberge que se réunissent, la nuit, les bagnards. Le maître des lieux n'est autre que le Marquis, ancien détenu de Toulon. Escroc, recéleur, celui-ci a reconnu Vidocq et envoie l'aubergiste le dénoncer à Flambart tout en essayant de soutirer de l'argent à son ancien compagnon de chaîne. Vidocq le met hors d'état de nuire mais ne peut sortir de l'auberge, encerclée par les bagnards. Il se cache au fond d'une cave à charbon après avoir ordonné à Annette de partir seule vers Paris. Flambart, qui a réuni à la hâte, dans un vaste coffre, tous les documents secrets des Olympiens, arrive à l'Auberge. Il n'y trouve que le Marquis ficelé comme un saucisson. Vidocq a disparu...

 

1.10 - Le Mariage de Vidocq

Diffusion le : 11 mars 1967 sur la 1ère chaîne de l'ORTF

Scénario : Georges Neveux / Réalisation : Marcel Bluwal

Avec : Stéphane Ariel (Le Truand), Maurice Nasil (D'Argenton), Roger Riffart (Matifou), Henri Virlojeux (L'employé), Jacques Monod (Le directeur de la Force), Eugène Berthier (le faux aveugle), Teddy Bilis (Schmoltz), Jacques Douvaine (L'innoncent), Jean-Marie Dupas (Le poète)

Vidocq veut épouser Annette. Mais il a un passé. La jeune fille, qui ne l'ignore pas, ne sait pourtant pas tout. Et ce passé difficile va réapparaître. Une femme qui avait beaucoup compté pour Vidocq se manifeste à nouveau dans sa vie. En fait, il est son prisonnier. Troublée par les paroles de l'intruse, Annette s'enfuit...

 

1.11 - Le Système du Docteur Terrier

Diffusion le : 18 mars 1967 sur la 1ère chaîne de l'ORTF

Scénario : Georges Neveux / Réalisation : Marce Bluwal

Avec : Henri Crémieux (Monsieur Morin), Jacques Dhéry (Bouhin), Gilberte Géniat (Germaine), Roger Karl (Waizmeyer), Marion Loran (Mariette), Harry Max (Docteur Terrier), Jean-Pierre Moutier (Bornichon)

Vidocq et la jeune fille filent le parfait amour dans la villa du parrain d'Annette au bord de la Manche. Une fois encore, Vidocq est parvenu à mystifier son ennemi juré : Flambart. Mais Vidocq n'aura pas point la paix pour autant. Desfossés, dont le navire corsaire fait escale dans le port, vient le voir, accompagné de deux messieurs d'allure respectable, mais en réalité bien peu recommandables. Ce sont d'anciens compagnons de chaîne qui veulent vendre leur silence à prix d'or...

- Henri Crémieux est un acteur et scénariste français, né le 19 juillet 1896 à Marseille et mort le 10 mai 1980 à Aubagne (Bouches-du-Rhône). Au petit écran, il a connu un certaine popularité avec la série "Un Mystère par Jour / Les Dossieurs du Professeur Morgan", 30 épisodes d'un quart d'heure sous forme à chaque fois d'une devinette proposée aux téléspectateurs et dont la solution était révélée le lendemain avant la proposition d'une nouvelle énigme. La première diffusion eut lieu en octobre 1970 sur la 1ère chaîne de l'ORTF. Réalisation : Jacques Audoir, Jean-Paul Carrère et Guy Jorre. Les dossiers contenant l'énigme dont la solution était proposée à la perspicacité des téléspectateurs, étaient présentés avec calme et gentillesse par l'acteur Henri Crémieux. Chaque épisode faisait intervenir un certain nombre d' acteurs confirmés et habitués du petit écran : Michel Creton, Jean-Roger Caussimon, Pierre Maguelon, etc.

 

1.12 - A vous de jouer, Monsieur Vidocq

Diffusion le : 25 mars 1967 sur la 1ère chaîne de l'ORTF

Scénario : Georges Neveux / Réalisation : Claude Loursais

Avec : Louis Arbessier (Monsieur Henry), Marguerite Cassan (La comtesse), Claude Cerval (Le visiteur), Jocelyne Darche (Agnès), Jean Gras (Moucharel), René Marc (Le docteur), Françoise Meyruels (La femme de chambre), Jean Ozenne (Le préfet), Odile Poisson (La blonde), Monique Vita (Yvette)

Lorsque l'inspecteur Moucharel surprend Vidocq devant le cadavre d'un certain Gibassier, qui vient d'être assassiné, l'ex-bagnard n'hésite pas : il se fait passer pour Flambart. Et il s'évade... Sans perdre de temps, il se précipite chez le directeur de la police et lui fait la proposition suivante : "Donnez-moi vingt-quatre heures et je vous ramène le coupable". Non sans avoir beaucoup hésité, et malgré l'opposition de Flambart, le directeur de la police acquiesce. Et Vidocq obtient l'accès aux dossiers secrets. Il apprend ainsi que Gibassier, la victime, avait monté une affairte de chantage. Mais qui pouvait craindre les révélations de Gibassier ? Vidocq improvise un stratagème ingénieux : il va se faire passer pour lui...

 

1.13 - Le Chapeau de l'Empereur

Diffusion le : 01 avril 1967 sur la 1ère chaîne de l'ORTF

Scénario : Georges Neveux / Réalisation : Claude Loursais

Avec : Louis Arbessier (Monsieur Henry), Gilbert Gobin (Le patron), Robert Bazil (Talardon), Pascal Bressy (Bébert), Louis Bugette (Chourasse), Yves Bureau (Le marchand d'oiseaux), Philippe Derrez (Savary), Pierre Leproux (Boerken), Jean-Pierre Moutier (Bornichon), Jean Ozenne (Le préfet), William Sabatier (Napoléon)

En s'éloignant dans le cabriolet de Flambert avec les honneurs dus à sa perspicacité, Vidocq apprécie pour la première fois la différence entre une promenade... et une fuite ! L'aide qu'il a apportée à la police n'est pas sans susciter des jalousies. M.Henry est sur le point de se passer de ses services, lorsqu'un coup de théâtre éclate : on a cambriolé le Musée de la police. Butin des voleurs : le diamant noir offert par un rajah...

 

Image

 

L'AVIS DES TELESPECTATEURS DE L'EPOQUE

- "A l'époque où les aventures de Vidocq étaient vécues, le cabriolet utilisé par l'inspecteur Flambart ne pouvait avoir des roues caoutchoutées, mais bien des roues cerclées de fer. Autant que je puisse me souvenir, pour les avoir utilisées sur un cabriolet identique à celui de Mr Flambart, les premières roues caoutchoutées ont dû faire leur apparition aux environs de 1900." (Mr Jauzas de Biarritz dans Télé 7 Jours, numéro 364, 11 mars 1967).

- "C'est avec grand plaisir que je suis, depuis le début, le feuilleton hebdomadaire "Vidocq". En effet, mes camarades et moi adorons ce bagnard au grand coeur qui nous entraîne dans de si passionnantes aventures. Nous le retrouvons donc, avec joie, chaque samedi." (Mr Rechaux de Villeneuve-sur-Lot dans Télé 7 Jours, numéro 366, 25 mars 1967).

Dernière mise à jour : ( 23-03-2016 )
 

GUIDES D'EPISODES ANNEES 70

Switch avec Robert Wagner et Eddie Albert. Guide des épisodes.

Image

Une série créée par Glen A. Larson.

Un guide conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : CBS Television / Larson Productions.

Lire la suite...
 

GUIDES D'EPISODES ANNEES 60

Mannix avec Mike Connors et Gail Fisher. Guide des épisodes. Saisons 1 à 3.

Image

Une série produite par Bruce Geller, Ivan Goff et Ben Roberts.

Un guide conçu par Christophe Dordain et Jérôme Bonjean.

Crédits photographiques : CBS Television / Paramount Pictures / Desilu Productions.

Lire la suite...
 

GUIDES D'EPISODES ANNEES 50

Aventures dans les Iles avec Gardner McKay. Guide des épisodes.

Image

Une série créée par James A. Michener.

Un guide conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : Twentieth Century Fox Television / ABC Television.

Lire la suite...
 

CONSULTEZ NOS ARCHIVES

Les archives du Magazine des Séries.

Image

Un index conçu par Christophe Dordain.

Dernière mise à jour le 02 janvier 2017.

Lire la suite...
 

ARCHIVES RADIO

Robert Conrad dans Le Magazine des Séries sur Radio Campus Lille le 18 décembre 2010 !

Image

Un événement radiophonique à ne pas manquer en collaboration avec Jean-Luc Vandiste.

Le 18 décembre 2010 à 14h sur Radio Campus Lille.

Lire la suite...
 

RECHERCHEZ

SYNDICATION