VISITEURS ACTUELS

Il y a actuellement 5 invités en ligne

ACTEURS TV

Patrick McGoohan.

Image

Patrick McGoohan (1928/2009).

Un dossier de Patrick Lucher avec l'amical soutien de Jean-Michel Philibert.

Crédits photographiques : ITC Television.

Lire la suite...
 

ACTRICES TV

Joanna Lumley raconte le tournage de Chapeau Melon et Bottes de Cuir.

Image

Une série créée par Brian Clemens.

Un dossier conçu par Denis Chauvet.

Crédits photographiques : The Avengers Enterprise / TF1.

Lire la suite...
 

REALISATEURS TV

Robert Butler.

Image

Les grands réalisateurs de séries télévisées.

Un dossier conçu par Christophe Dordain.

Lire la suite...
 

PRODUCTEURS TV

Stephen J. Cannell

Image

Un dossier conçu par Thierry Le Peut.

Crédits photographiques : Stephen J. Cannell Productions.

Lire la suite...
 

FILMS TV

Les Aventures de Nick Carter de Marvin J. Chomsky avec Robert Conrad, Pernell Roberts, Neville Brand

Image

Un téléfilm produit par Stanley Kallis.

Un dossier conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : ABC Television / MCA Universal Pictures.

Lire la suite...
 

GUIDES D'EPISODES ANNEES 2010

Body of Proof avec Dana Delany, Jeri Ryan, Nicholas Bishop. Guide des épisodes.

Image

Une série créée par Chris Murphey et Matt Gross.

Un guide conçu par Noah Ward.

Crédits photographiques : ABC Television.

Lire la suite...
 

GUIDES D'EPISODES ANNEES 2000

Rome avec Ciaran Hinds, Kevin McKidd, Ray Stevenson. Guide des épisodes.

Image

Une série créée par John Milius, Bruno Heller et William J. Mac Donald.

Un guide conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : HBO.

 

Lire la suite...
 

GUIDES D'EPISODES ANNEES 80

Magnum avec Tom Selleck, John Hillerman, Larry Manetti. Guide des épisodes. Saisons 4 à 6.

Image

Une série produite par Donald P. Bellisario et Glen A. Larson.

Un guide conçu par Thierry Le Peut.

Crédits photographiques : Universal Television.

Lire la suite...
 
Joseph Balsamo avec Jean Marais. Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Christophe Dordain   
08-06-2014

Image

Un feuilleton réalisé par André Hunebelle.

Un dossier conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : ORTF, Technisonor.

JOSEPH BALSAMO

(1973)

 

Image

 

Au XVIII° siècle, à la fin de l'Ancien régime, les intrigues et machinations de Joseph Balsamo alias Cagliostro, mage aux pouvoirs occultes redoutés, pour discréditer la Monarchie absolue en France et préparer la voie à la Révolution.

 

Image

 

PRESENTATION DU FEUILLETON

Adapté d'un roman d'Alexandre Dumas, ce feuilleton qui est disponible en DVD (2 coffrets avec bonus chez LCJ Editions depuis 2001) fait partie du patrimoine télévisuel national même si son rythme apparaît un peu lent au regard de ce qu'est devenue la télévision aujourd'hui. Toutefois, il ne manque pas d'intérêt et mérite d'être redécouvert avec un oeil ému.

"Joseph Balsamo" a comme premier mérite de s'appuyer sur un matériau scénaristique de premier ordre. En effet, l'équipe de production a très largement puisé dans les romans d'Alexandre Dumas publiés entre 1846 et 1847. Le Balsamo de Dumas a alors une trentaine d'années lorsqu'il surgît, le 06 mai 1770 dans une forêt de la rive gauche du Rhin, au pied du Mont Tonnerre couronné de ruines. Introduit par des spectres dans ces ruines, Balsamo subit avec succès les épreuves d'initiation à une ligue maçonnique. Bref, tout ce que dira ou fera Balsamo sera marqué du sceau du mystère voire de la sorcellerie qui marque l'introduction du roman. Comme le Comte de Monte-Christo, Joseph Balsamo est un homme seul, marqué par une fatalité qui l'empêche d'être heureux, même s'il possède la puissance.

On comprend mieux pourquoi le choix s'est alors porté sur Jean Marais pour incarner Balsamo dans ce feuilleton même si, à l'époque, le comédien affichait une soixantaine de printemps bien éloigné des 30 ans du héros littéraire. Toutefois, il faut rappeler au lecteur que Jean Marais avait interprété Fantomas à la fin des années 60, autre personnage à la fois mystérieux et diabolique, et qu'il avait déjà collaboré à huit reprises avec André Hunebelle depuis la fin des années 50 ("Le Capitan", "Le Bossu" et les trois "Fantomas" étant de pertinents exemples de cette longue association pour le plus grand plaisir des amateurs de cinéma populaire). Quant à André Hunebelle, voué aux gémonies par les Cahiers du Cinéma et les tenants de la Nouvelle Vague, en situation difficile après l'échec de "Sous le Signe de Monte-Christo" qu'il avait mis en scène en 1968, il trouvait avec la petite lucarne, comme Bernard Borderie quelques années plus tard avec "Gaston Phébus" (1978) ou Gilles Grangier avec "Quentin Durward" (1971), l'opportunité de montrer son talent au service d'une émission de télévision de qualité.

Produit par la société Technisonor, et diffusé pour la première fois le lundi 08 janvier 1973 sur la 1ème chaîne de l'ORTF, à 20h30, "Joseph Balsamo" n'a pas bénéficié alors du meilleur des accueils de la part de la presse spécialisée. Le succès d'audience fut, lui, bien plus satisfaisant tant il est vrai que "Joseph Balsamo" n'avait pas de véritable concurrence : la 2ème chaîne proposait alors un jeu imaginé par Jean-Paul et Jacques Rouland, "Le Défi" à partir de 20h30 suivi d'un magazine d'information présenté par Jean-Pierre Elkabbach, "Actuel 2." Quant à la toute jeune 3ème chaîne, que peu de foyers recevaient en ce début d'année 1973, elle programmait des longs-métrages. En fait, le principal souci de "Joseph Balsamo" fut que ce feuilleton soit comparé aux "Rois Maudits" que diffusait la 2ème chaine de l'ORTF, le mercredi à 20h30, depuis décembre 1972.

Débarassé de ce contexte, il reste de "Joseph Balsamo" un bon feuilleton à la française avec son lot de coups de théâtres et de duels et où l'action et le panache sont privilégiés. Un regret quand même : la musique de Hubert Rostaing qui est parfois en total décalage avec l'atmosphère générale du feuilleton.

 

Image

 

JEAN MARAIS EST JOSEPH BALSAMO

Jean Marais est le fils d'un père vétérinaire et d'une mère quelque peu fantasque. Quand il a 4 ans, elle décide de partir à Paris avec ses deux fils. Elle sera souvent absente. Le petit Jean lui écrit des lettres mais c'est sa tante qui inscrit l'adresse sur l'enveloppe. Il comprendra plus tard que c'était parce que sa mère effectuait des séjours en prison. En effet elle était kleptomane. Il fut élève au lycée Condorcet. Jean Marais ne reverra son père que près de 40 ans plus tard, sans être sûr qu'il soit bien son père. Il a un fils adoptif, Serge. Son père est normand et sa mère franco-allemande, originaire d'Echilleuses, dans le Loiret. Il fait de la figuration dès 1933 dans les films de Marcel L'Herbier qui ne lui donnera jamais sa chance.

En 1937, il échoue au concours d'entrée au Conservatoire et étudie chez Charles Dullin, au Théâtre de l'Atelier. Il y découvre les pièces classiques où il tient des rôles de figuration qui lui permettent de financer ses cours. Sa rencontre avec Jean Cocteau en 1937 marque le véritable lancement de sa carrière. Le cinéaste tombe amoureux du jeune acteur. S'ensuit une amitié amoureuse qui dura jusqu'à la mort de Cocteau en 1963.

Jean Cocteau lui donne d'abord un rôle muet car Marais a une très mauvaise voix pour le théâtre à ses débuts ; pour changer sa voix, il se mettra à fumer. Il lui écrit rapidement une pièce sur mesure: Les Parents Terribles qui lui donne la reconnaissance de la profession. En 1943, il joue un Tristan moderne dans "L'Éternel Retour" de Jean Delannoy. Il a une vive altercation avec le critique artistique Alain Laubreaux, du journal collaborationiste Je suis partout qui l'avait qualifié de "L'homme au Cocteau entre les dents" (cette altercation a d'ailleurs été reprise dans "Le Dernier Métro" de François Truffaut). Il ne doit son salut qu'aux hautes relations de Cocteau et devient l'idole de sa génération. En 1944, il monte Arnaud et Artémide, mais la pièce est victime d'une cabale, semble-t-il menée par les collaborationnistes, et s'arrête très vite. Marais gagne encore en popularité et devient un symbole de résistance à l'occupant.

En 1944, Cocteau écrit pour lui "La belle et la Bête", un film très difficile à tourner et auquel personne ne croyait. Marais entre alors dans la légende. En 1949, il joue dans Orphée, du même Cocteau. Dans les années 1950, il se détache de Cocteau. Il tourne pour des grands cinéastes Luchino Visconti, Jean Renoir, Sacha Guitry entre autres. À la fin des années 1940, il entre à la Comédie Française. Il y est à la fois comédien, metteur en scène et décorateur. C'est la première fois qu'une telle fonction est donnée à un aussi jeune comédien (il a moins de 40 ans). Marais quitte le Français après une altercation avec le directeur. En 1959, il tourne une dernière fois avec Cocteau, "Le testament d'Orphée". Il y joue Œdipe.

En 1959, André Hunebelle lui propose de tourner "Le Bossu". C'est le début d'une nouvelle carrière. Il était déjà populaire, ces films moins intellectuels que les précédents lui amènent un nouveau public. Il tourne "Le Capitan" avec Hunebelle puis une série de films de cape et d'épée, plus ou moins réussis et finalement enchaîne des films plus médiocres. Il connaît un nouveau succès avec la série des "Fantômas" (1964/1966), mais ces films n'ont plus le prestige des précédents et surtout Louis De Funès lui vole la vedette. Voyant que le cinéma est fini pour lui, il se retire au théâtre.

En 1970, Jacques Demy lui donne son dernier grand rôle dans "Peau d'âne". Jean Marais se retire à Vallauris où il pratique la poterie, la sculpture et le théâtre. Il y possédait un magasin où ses poteries étaient vendues. Il ouvre même une galerie d'art grâce à un couple d'amis potiers.

Vers 1980, il monte le spectacle Cocteau Marais et devient le gardien de l'œuvre de Cocteau, sans en avoir légalement les droits. Au cours des années 1980, il joue au théâtre (Don Diègue dans Le Cid, Le Roi Lear, Les Monstres sacrés) et quelques rôles au cinéma (dans "Parking" de Jacques Demy et dans "Les Misérables du XXème siècle" de Claude Lelouch).

Il joue son dernier rôle au cinéma dans "Beauté Volée" de Bernardo Bertolucci en 1995. Dans une interview donnée à Bernard Pivot, Jean Marais a précisé n'avoir jamais fait de figuration dans "Drôle de Drame" et avoir été remplacé à la dernière minute. Il écrit quelques livres, ses Mémoires, L'inconcevable Jean Cocteau, des contes et des poèmes. Son dernier rôle au théâtre sera celui du berger Balthazar dans L'Arlésienne, en 1997, aux Folies Bergère.

Comme sculpteur, il a réalisé (entre autres) une très belle évocation du Passe Murailles qui a été installée à Montmartre devant la maison où habitait Marcel Aymé, auteur de la nouvelle du même titre.

Jean Marais meurt à Cannes le 08 novembre 1998. Il est enterré dans le petit cimetière de Vallauris, la ville des potiers, où il a passé les dernières années de sa vie.

 

Image

 

ANDRE HUNEBELLE

André Hunebelle est un réalisateur français né le 1er septembre 1896 à Meudon (Hauts-de-Seine), mort le 27 novembre 1985 à Nice (Alpes-Maritimes). Très longtemps abonné aux comédies ("Les Trois Mousquetaires", "Monsieur Taxi", "Ma femme est formidable", "Taxi, Roulotte et Corrida"), il délaisse la comédie et lance le film de cape et d'épée avec le film "Le Bossu".

Considéré comme celui qui fait sortir Louis de Funès de l'anonymat en lui donnant le rôle principal dans le film "Taxi, Roulotte et Corrida", il le dirige plusieurs fois dans sa carrière, entre autres avec Jean Marais pour la fameuse série à succès des "Fantômas". La plupart des dialogues de ses films sont signés par Jean Halain, son fils, qui devient par la suite le scénariste de Louis de Funès.

André Hunebelle a été dans les années cinquante et soixante une des grandes victimes de la ligne éditoriale des Cahiers du cinéma version Cahiers jaunes, tenus sous la férule d'André Bazin puis du jeune François Truffaut d'alors. Aujourd'hui, il reste surtout dans les souvenirs des cinéphiles comme ayant dirigé Jean Marais dans une remarquable série de films de cape et d'épée ("Le Bossu" en 1959, "Le Capitan" en 1960, "Le Miracle des Loups" en 1961 et "Les Mystères de Paris" en 1962) mais aussi comme étant le réalisateur des "Fantômas" nouvelle manière avec l'inoubliable trio Louis De Funès, Jean Marais et Mylène Demongeot (avec une mention spéciale au génial "Fantômas contre Scotland Yard" réalisé en 1966).

André Hunebelle a su affronter également avec succès durant les années soixante la concurrence des films d'espionnage "à la James Bond" produits par le cinéma italien, en réalisant tour à tour "OSS 117 se déchaîne" (1963), "Banco à Bangkok pour OSS 117" (1964), "Furia à Bahia pour OSS 117" (1965) et "Pas de roses pour OSS 117" (1968) qui ont par la suite servi de source d'inspiration au comédien Jean Dujardin pour les deux comédies qu'il a interprétées.

 

Image

 

FILMOGRAPHIE DU CINEASTE

1948 - Métier de fous André

1949 - Millionnaires d'un jour

1949 - Mission à Tanger

1950 - Méfiez-vous des blondes

1951 - Ma femme est formidable

1951 - Massacre en dentelles

1952 - Mon mari est merveilleux

1952 - Monsieur Taxi André

1953 - Les Trois mousquetaires

1954 - Cadet Rousselle

1955 - L'Impossible monsieur Pipelet

1955 - Treize à table

1956 - Les Collégiennes

1956 - Mannequins de Paris

1957 - Casino de Paris

1957 - Les Femmes sont marrantes

1958 - Arrêtez le massacre André

1958 - Taxi, roulotte et corrida

1959 - Le Bossu

1960 - Le Capitan

1961 - Le Miracle des loups

1962 - Les Mystères de Paris

1963 - Méfiez-vous mesdames !

1963 - O.S.S. 117 se déchaîne

1964 - Banco à Bangkok pour O.S.S. 117

1964 - Fantômas

1965 - Fantômas se déchaîne

1965 - Furia à Bahia pour O.S.S. 117

1966 - Fantômas contre Scotland Yard

1967 - Pas de roses pour O.S.S. 117

1968 - Sous le signe de Monte-Cristo

1973 - A nous quatre, Cardinal !

1973 - Quatre Charlots mousquetaires

1977 - Ca fait tilt

 

Image

 

DISTRIBUTION

Jean Marais (Joseph Balsamo)

Udo Kier (Gilbert)

Doris Kunstmann (Andrée de Taverney)

Louise Marleau (Comtesse du Barry)

Olimpia Carlisi (Lorenza)

Bernard Alane (Philippe de Taverney)

Henri Guisol (Baron de Taverney)

Léonce Corne (Althotas)

Jacques Bernard (Le Dauphin)

Gabriel Cattand (cardinal de Rohan)

Guy Tréjean (Louis XV)

Francis Claude (Maréchal de Richelieu)

Henri-Jacques Huet (Jean du Barry)

Patricia Lesieur (Marie-Antoinette)

François Maistre (Sartines)

Nicole Maurey (Mme de Gramont)

Claude Amazan (Zamore)

Olivier Hussenot (Jean-Jacques Rousseau)

Gérard Berner (Marat)

Guy Delorme (Sanchez)

 

Image

 

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : André Hunebelle

Adaptation et dialogue : Pierre Nivollet, d'après les romans d'Alexandre Dumas

Directeur de production : Maurice Gilli

Administrateur de la production : Georges Gillet

Secrétaire de production : Nicole Guérin

Script-girl : Claude Vériat

Régisseur général : Gilles Jolly

Régisseur-adjoint : Jean-Claude Robert

Musique : Hubert Rostaing

Directeur de la photographie : Claude Robin

Caméra : René Gussart

Premier assistant-opérateur : Jean Barrault

Premier assistant-réalisateur : Paul Planchon

Second assistant-réalisateur : Emmanuel Fonlladosa

Perchman : Christian Larouette

Ingénieur du son : Roger Veyriat

Mixage : Pierre Guilbert

Bruitages : Louis Devalize

Supervision du Montage : Colette Lambert

Montage : Joël Garanger, Martine Laplaine

Création des décors : Max Douy

Assistant aux décors : Serge Douy

Accessoires : André Boudemil

Maquettiste : Mireille Leydet

Chef costumière : Georgette Fillon

Costumes : Marie Gromstreff

Assistant-costumière : Jacqueline Serres

Habilleuse : Jeanne Bourdeau

Chef-maquilleuse : Nadine Fraigneau

Posticheur-coiffeur : Jacques Adam

Combats et cascades : Claude Carliez

Cascadeurs : Antoine Baud, Guy Delorme, Lionel Vitrant, Michel Berreur,

Coproduction : ORTF, Technisonor, TSR (suisse romande), RTBF (Belgique), Tele-Munchen (Allemagne) et Radio-Canada (1973) 

 

Image

 

GUIDE DES EPISODES

Un feuilleton de 7 épisodes d'une durée moyenne de 55 minutes.

Diffusion : 

- sur la 1ère chaîne de l'ORTF, le lundi à 20h30, de janvier à février 1973.

- Rediffusion sur TF1 du 15 mars au 03 mai 1976 sur TF1.

 

Image

 

Saison I (08 janvier au 19 février 1973)

 

1.01 - Premier épisode

Diffusion le : 08 janvier 1973 sur la 1ère chaîne de l'ORTF à 20h30 / Rediffusion le : 15 mars 1976 sur TF1

Scénario : Pierre Nivollet / Réalisation : André Hunebelle

Avec : Léonce Corne (Althotas), Guy Delorme (Sanchez), Georges Douking (La Brie), Annette Pavy (Nicole)

Réunis en assamblée générale, les grand maîtres des sociétés occultes chargent Joseph Balsamo, alias Cagliostro, en mettant à sa disposition un trésor inestimable, de renverser l'ordre établi. Ils pensent que l'écroulement du trône de Saint-Louis entraînera la chute des autres monarchies européennes, et que c'est d'abord en France qu'il convient de faire la révolution.

 

1.02 - Deuxième épisode

Diffusion le : 15 janvier 1973 sur la 1ère chaîne de l'ORTF à 20h30 / Rediffusion le : 22 mars 1976 sur TF1

Scénario : Pierre Nivollet / Réalisation : André Hunebelle

Avec : Jacques Bernard (Le Dauphin), Véra de Reynaud (Mme de Mirepoix), Jacqueline Doyen (Mme de Guémenée), François Maistre (Sartines), Nicole Maurey (Mme de Grammont), Alain Nobis (Choiseul), Marcelle Ranson-Hervé (Mme de Béarn)

Joseph Balsamo, qui poursuit le but d'abattre le régime absolu en France, s'est assuté l'active complicité du maréchal de Richelieu en passant avec lui un marché diabolique...

 

1.03 - Troisième épisode

Diffusion le : 22 janvier 1973 sur la 1ère chaîne de l'ORTF à 20h30 / Rediffusion le : 29 mars 1976 sur TF1

Scénario : Pierre Nivollet / Réalisation : André Hunebelle

Avec : Véra de Reynaud (Mme de Mirepoix), Jacqueline Doyen (Mme de Guémenée), Olivier Hussenot (Jean-Jacques Rousseau), Monique Lejeune (La supérieure), Nicole Maurey (Mme de Grammont), Alain Nobis (Choiseul)

Aidée par Joseph Balsamo, la comtesse du Barry est présentée à la Cour. C'est un triomphe. Elle promet donc à Balsamo son aide sans réserves afin que ce dernier parvienne à son but.

 

1.04 - Quatrième épisode

Diffusion le : 29 janvier 1973 sur la 1ère chaîne de l'ORTF à 20h30 / Rediffusion le : 05 avril 1976 sur TF1

Scénario : Pierre Nivollet / Réalisation : André Hunebelle

Avec : Gérard Berner (Marat), Jacky Blanchot (Gunther), Hélène Boucault (Une bourgeoise), Léonce Corne (Althotas), Olivier Hussenot (Jean-Jacques Rousseau), François Marié (Le blessé), Maritin (Un bourgeois), Alain Nobis (Choiseul), Annette Pavy (Nicole), Pierre Risch (Jussieu), André Widmer (Beaussire)

Joseph Balsamo s'est installé à Paris avec son valet Fritz, sa compagne Lorenza, et son vieux maître, l'alchimiste Althotas. Celui-ci a composé un elixir de vie qui pourrait assurer l'immortalité à condition d'ajouter à la mixture les trois dernières gouttes de sang d'une jeune enfant ou d'une vierge...

 

1.05 - Cinquième épisode

Diffusion le : 05 février 1973 sur la 1ère chaîne de l'ORTF à 20h30 / Rediffusion le : 12 avril 1976 sur TF1

Scénario : Pierre Nivollet / Réalisation : André Hunebelle

Avec : Claude Amazan (Zamore), André Batisse (Mique), Jacques Bernard (Le Dauphin), Henri Coultet (Le gentilhomme), Antoine Fontaine (Le sergent), Olivier Hussenot (Jean-Jacques Rousseau), Gérald Marti (Rafté), Bernard Musson (Lebel), Annette Pavy (Nicole), Martin Trévières (Le déménageur)

Ayant exilé Choiseul, à qui le Roi va-t-il confier son ministère ? La comtesse du Barry tente d'imposer le maréchal de Richelieu, mais le Roi refuse. Dès lors, le maréchal de Richelieu croit à une perfidie de la comtesse et décide de se venger en faisant d'Andrée de Taverney la maîtresse du Roi.

 

1.06 - Sixième épisode

Diffusion le : 12 février 1973 sur la 1ère chaîne de l'ORTF à 20h30 / Rediffusion le : 26 avril 1976 sur TF1

Scénario : Pierre Nivollet / Réalisation : André Hunebelle

Avec : Jacques Bernard (Le Dauphin), Jacky Blanchot (Gunther), Paul Cambo (Le Président), Léonce Corne (Althotas), Paul Gay (Le docteur Louis), Olivier Hussenot (Jean-Jacques Rousseau), François Maistre (Sartines), Bernard Musson (Lebel), Martin Trévières (Le déménageur)

Balsamo tente de récupérer chez le lieutenant de police Sartines une cassette qui contient les secrets les plus compromettants des confréries. L'arrivée, in extremis, de la comtesse du Barry sauve le magicien Balsamo du scandale...

 

1.07 - Septième épisode

Diffusion le : 19 février 1973 sur la 1ère chaîne de l'ORTF à 20h30 / Rediffusion le : 03 mai 1976 sur TF1

Scénario : Pierre Nivollet / Réalisation : André Hunebelle

Avec : Georges Douking (La Brie), Pierre Duncan (Le geôlier), Paul Gay (Le docteur Louis), Jacques Hilling (Le magistrat), François Maistre (Sartines), Antoine Marin (Maître Niquet)

Le maréchal de Richelieu s'est réconcilié avec la comtesse du Barry et lui livre un secret : Andrée de Taverney est enceinte des oeuvres du Roi. La favorite décide de faire enlever l'enfant dès sa naissance pour l'éloigner à jamais de la cour, mais le plan échoue. Quant à Balsamo, il est arrêté et accusé de sorcellerie...

Dernière mise à jour : ( 08-06-2014 )
 

GUIDES D'EPISODES ANNEES 70

Coup Double avec Don Adams et Rupert Crosse. Guide des épisodes.

Image

Une série créée par Don Adams.

Un guide conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : NBC Television / Universal Television.

 

Lire la suite...
 

GUIDES D'EPISODES ANNEES 60

Les Bannis avec Don Murray et Otis Young. Guide des épisodes.

Image

Une série créée par Ben Brady et Leon Tokatyan.

Un guide conçu par Christophe Dordain et Thierry Le Peut.

Crédits photographiques : ABC Television / Screen Gems / Equidia.

Lire la suite...
 

GUIDES D'EPISODES ANNEES 50

Au Nom de la Loi avec Steve McQueen. Guide des épisodes. Saison 2.

Image

Une série créée par Vincent Fennelly.

Un guide conçu par Thierry Le Peut.

Crédits photographiques : Four Star Films, Inc. / Malcolm Enterprises, Inc / CBS Television.

Lire la suite...
 

CONSULTEZ NOS ARCHIVES

Les archives du Magazine des Séries.

Image

Un index conçu par Christophe Dordain.

Dernière mise à jour le 02 janvier 2017.

Lire la suite...
 

ARCHIVES RADIO

Caroline Beaune dans Le Magazine des Séries sur Radio Campus Lille le 26 décembre 2009.

Image

Un événement radiophonique à ne pas manquer en collaboration avec Jean-Luc Vandiste.

Le 26 décembre 2009 à 14h sur Radio Campus Lille.

Lire la suite...
 

RECHERCHEZ

SYNDICATION