VISITEURS ACTUELS

Il y a actuellement 2 invités en ligne

ACTEURS TV

Peter Graves.

Image

Un portrait conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : Paramount Television / CBS Television.

Lire la suite...
 

ACTRICES TV

Diana Rigg.

Image

Un portrait et une galerie conçus par Régis Dolle.

Crédits photographiques : ABC Television / Avengers Productions.

Lire la suite...
 

REALISATEURS TV

Leonard J. Horn.

Image

Les grands réalisateurs de séries télévisées.

Un dossier conçu par Christophe Dordain.

Lire la suite...
 

PRODUCTEURS TV

Stephen J. Cannell

Image

Un dossier conçu par Thierry Le Peut.

Crédits photographiques : Stephen J. Cannell Productions.

Lire la suite...
 

FILMS TV

Une Affaire de Viol de Boris Sagal avec Elizabeth Montgomery, William Daniels, Ronny Cox.

Image

Un téléfilm réalisé par Boris Sagal.

Un dossier conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : Universal Television.

Lire la suite...
 

GUIDES D'EPISODES ANNEES 2010

Body of Proof avec Dana Delany, Jeri Ryan, Nicholas Bishop. Guide des épisodes.

Image

Une série créée par Chris Murphey et Matt Gross.

Un guide conçu par Noah Ward.

Crédits photographiques : ABC Television.

Lire la suite...
 

GUIDES D'EPISODES ANNEES 2000

Les 4400 avec Joel Gretsch, Jacqueline McKenzie, Peter Coyote. Guide des épisodes.

Image

Une série créée par Scott Peters.

Un guide conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : USA Network / American Zoetrope.

 

Lire la suite...
 

GUIDES D'EPISODES ANNEES 80

L'Homme à l'Orchidée avec William Conrad et Lee Horsley. Guide des épisodes.

Image

Une série produite par John A. Fegan, Jr. 

Un guide conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : NBC Television.

Lire la suite...
 
Chapeau Melon et Bottes de Cuir avec Patrick McNee, Diana Rigg, Linda Thorson. Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Denis Chauvet   
05-09-2014

Image

Une série créée par Brian Clemens.

Un dossier conçu par Denis Chauvet (Le Monde des Avengers).

Crédits photographiques : ABC Television / Avengers Productions.

CHAPEAU MELON ET BOTTES DE CUIR

(1961/1969)

 

Image

 

"Chapeau Melon et Bottes de Cuir" est une des séries les plus populaires de l’histoire de la télévision vendue dans plus de cent vingt pays. Diffusé pour la première fois en 1961 en Grande-Bretagne, "The Avengers" (titre original) était initialement une série basée sur l’espionnage avant de venir en France en 1967. Entre temps, elle était devenue un subtil mélange d’aventures, de fantastique et de fantaisie agrémenté d’un humour omni présent évoluant dans un univers unique et intemporel. L’agent au chapeau melon, John Steed, personnage central aura d’abord un partenaire masculin, le docteur Keel puis plusieurs ‘bottes de cuir’ : Cathy Gale, Emma Peel et Tara King.

 

Image

 

HISTORIQUE DE LA SERIE

"The Avengers" débuta en 1960 lorsque Sydney Newman eut l’idée de transformer une série inconnue en France "Police Surgeon" qui n’avait plus d’attrait malgré la popularité de l’acteur principal, Ian Hendry. Cette série ne convenait plus et ABC (Associated British Corporation) désirait s’orienter vers un thriller, un mélange d’espionnage et d’humour. Leonard White, le producteur de Police Surgeon s’associa à Newman pour repenser une nouvelle série autour de Ian Hendry. Ce dernier devint le docteur Keel et il fut affublé d’un mystérieux espion, John Steed. En effet, Ian Hendry habitué à une série d’une demi-heure ne se voyait pas tenir à lui seul une heure. Pour incarner John Steed, Leonard White pensa à Patrick Macnee qu’il avait connu au Canada. Il lui suggéra en septembre 1960 de voir Sydney Newman pour un rôle dans une nouvelle série. Patrick Macnee, devenu producteur gagnait bien sa vie et refusa tout d’abord l’offre avant de se laisser convaincre, sa demande de salaire ayant été acceptée. "The Avengers" était né. Sydney Newman trouva le titre de la série (littéralement en français ‘Les Vengeurs’) qui fait référence au premier épisode, "Hot Snow - Neige Brûlante" diffusé le 7 janvier 1961 et complètement méconnu en France. La fiancée du docteur est assassinée par des trafiquants et Keel avec l’aide de Steed décide de la venger.

La série grimpe en popularité et petit à petit, John Steed, au début faire valoir du docteur Keel (dans certains épisodes, Steed n’apparaît même pas) devint le personnage central. Cela ne fut pas simple car Patrick Macnee dû transformer John Steed pas au goût de la production et il s’affubla ainsi d’un chapeau melon et d’un parapluie pour parfaire son personnage.

Image

On peut déjà cerner les prémices qui feront la renommée des Avengers, la série qui a su si bien dépeindre une Angleterre foldingue dans les années soixante. Malgré le succès de la première saison, la série fut stoppée pratiquement une année par une grève des acteurs après le tournage de vingt six épisodes sur les trente neuf prévus. Ian Hendry décida alors d’arrêter le tournage et de poursuivre une carrière cinématographique. Les épisodes de cette première saison sont diffusés en direct après deux semaines de répétition. Deux épisodes et demi subsistent de cette saison : "Passage à tabac", "Le Trapéziste" et la première bobine de "Neige Brûlante".

Un léger flottement suivi le départ de Ian Hendry. Jon Rollason dans le rôle du docteur King remplaça le docteur Keel pour trois épisodes déjà écrits mais Sydney Newman provoqua un tournant dans l’histoire de la télévision en décidant d’engager une femme pour être la partenaire de John Steed. Nyree Dawn Porter fut pressentie pour le rôle mais indisponible, Honor Blackman devint la partenaire de Patrick Macnee. Cathy Gale, la première « avengers girl « devait incarner la femme libérée, combattante, sûre de soi bien en avance sur son époque. Honor Blackman fut engagée en l’absence de Newman qui ne la trouvait pas à son goût. Il considérait que le répertoire de l’actrice ne correspondait pas au personnage. Ainsi, Honor Blackman a dû abandonner sa bonhomie du premier épisode ("Death Dispatch") pour adopter un ton plus sévère dans le deuxième ("Warlock") pour satisfaire la production.

Comme l’introduction du parapluie et du chapeau melon pour Steed, l’arrivée du cuir est due au simple hasard. Après des tentatives infructueuses pour dissimuler des armes (revolver, couteau), il fut décidé que Cathy Gale se servirait de ses mains nues pour se débarrasser de ses ennemis. Honor Blackman prit des cours de judo mais ses tenues n’étaient pas adaptées à la situation et se déchiraient très souvent. Une collection de vêtements en cuir fut donc créée (vert foncé et pas noir comme les images le laissent penser) et une nouvelle mode était née.

La série prend alors véritablement son essor et le public se passionne pour les relations Steed-Gale et ses sous-entendus à connotation sexuelle. Cathy Gale fait l’unanimité et les personnages du docteur King et de Vénus Smith (interprété par Julie Stevens pour six épisodes) sont définitivement abandonnés. Les scénarios sont de bonne facture, les Avengers doivent déjà combattre des criminels excentriques et les réalisateurs ont recours à des artifices pour palier le manque de budget et l’absence quasi-totale de scènes en extérieur.

Image

A l’orée de la troisième saison, les producteurs ont envisagé de laisser partir une des deux vedettes devant leur demande financière. Fort heureusement, le budget pour la série fut augmenté mais elle est encore tournée en vidéo et en noir et blanc. Certains changements apparaissent. Les personnages principaux ont des garde robes plus conséquentes et les Avengers ont des domiciles permanents (5 Westminster Mews pour John Steed). Les scénarios mettent davantage l’accent sur l’humour et le fantastique et, petit à petit, The Avengers se façonnent pour devenir bientôt la série qui est restée graver dans nos mémoires. Brian Clemens, auteur des meilleurs épisodes de cette saison commence à laisser son empreinte sur la série.

"The Avengers" est devenu un programme très prisé de l’autre côté de la Manche mais Honor Blackman aspire à une carrière cinématographique et laisse tomber l’agent au chapeau melon pour 007 dans Golfinger. Dans l’épilogue du dernier épisode de cette troisième saison, Steed téléphone à sa prochaine partenaire mais les téléspectateurs resteront dans le mystère pratiquement une année entière.

Les saisons Cathy Gale resteront longtemps inconnues pour les téléspectateurs français, les saisons deux et trois n’ayant jamais été diffusées sur une chaîne hertzienne. L’arrivée des vidéos et des chaînes privées fera découvrir la préhistoire de la série aux fans français. Ils peuvent être désorientés par la qualité médiocre de l’image et du son (en vo car ces saisons n’ont jamais été doublées) ou l’attitude de Steed qui abandonne parfois le melon et qui fait preuve d’un cynisme redoutable mais ces saisons constituent une excellente introduction à l’âge d’or de la série.

Après le départ d’Honor Blackman, ABC se tourne vers Julian Wintle qui recrute Albert Fennell et Brian Clemens pour poursuivre la série sur film. Le personnage de Cathy Gale doit être remplacé par une femme, également émancipée. Le nom d’Emma Peel (dérivé de ‘man appeal’) est créé et Elizabeth Shepherd est engagée pour le rôle. Après le tournage de "Voyage sans retour" et d’une partie de "Cœur à cœur", les producteurs se rendent compte qu’elle ne fait l’affaire et elle est remerciée. Diana Rigg, 26 ans à l’époque, postule ‘pour rire’ et obtient le rôle qui deviendra mythique. Le passage de la vidéo au film permet aux producteurs de présenter la série sous un autre d’angle et d’abandonner progressivement le studio au profit de scènes d’extérieur dans la campagne verdoyante britannique.

Image

Brian Clemens établit des règles qui doivent placer la série dans un univers intemporel. Ainsi, les scénarii auront rarement recours à la présence de policiers, de femmes assassinées, de sang, d’acteurs de couleur ou de figurants dans les rues. Les épisodes font dorénavant la part belle à la science fiction, au fantastique plutôt qu’aux simples histoires d’espionnage. C’est l’âge d’or de la série et les scénaristes s’en donnent à cœur joie. Les savants fous et les divers excentriques sont des prétextes pour parodier la société britannique à l’extrême. Le couturier John Bates doit créer une ligne de vêtements modernes et intemporels pour Diana Rigg qui sera commercialisée.

Steed ne porte pas (ou rarement) d’armes à feu et sa tenue, melon et parapluie en toutes circonstances souligne le côté irréaliste de la série. Mrs Peel revêt sa tenue cuir, très difficile à supporter pendant le tournage pour des combats bien agencés par le cascadeur Ray Austin. Laurie Johnson compose une musique plus rythmée et adaptée aux exploits des Avengers.

Cette quatrième saison, considérée comme beaucoup de fans comme la meilleure permet aux "Avengers" d’être reconnu sur le plan international. Les américains s’intéressent à la série mais le noir et blanc les rebute. Ils acceptent le marché des producteurs et achètent la saison en noir et blanc contre une promesse au passage à la couleur pour la suivante. C’est la fin de la spécificité britannique !

La série arrive sur les écrans français, avec un titre basé sur le générique le 04 avril 1967 avec l’épisode "Meurtre au téléphone". L’existence des trois premières saisons restera longtemps un mystère en France et un titre calqué sur l’anglais n’aurait pas eu de sens. Les allemands, contrairement aux espagnols suivront l’exemple français. Treize épisodes de la saison seulement seront diffusés cette année-là et il faudra attendre 1973 pour voir deux classiques "Faîtes de beaux rêves" et "Les Cybernautes". Les fans français découvriront les onze derniers épisodes en 1991 en vost dans l’émission Continentales. Certains ne seront doublés qu’en 1993 pour la sortie vidéo.

Les américains ont droit à une petite introduction spéciale (appelée ‘introduction de l’échiquier’) d’une trentaine de secondes pour les initier à la série qui restera longtemps inédite même pour les britanniques. La série débarque aux Etats-Unis le 28 mars 1966 avec l’épisode "Les Cybernautes" mais ABC (American Broadcasting Corporation, à ne pas confondre avec son homonyme anglais) impose certaines vues pour la saison couleur formatant la série à l’audience américaine. Ainsi, le judo des saisons Cathy Gale et le karaté de la saison Emma Peel monochrome sont remplacés par le kung-fu jugé moins violent, les dialogues s’américanisent et la tenue cuir est remplacée par les Emmapeelers dont certains, considérés trop sexy sont retirés en cours de saison. Les fameuses introductions ‘Mrs Peel, we’re needed’ (Mme Peel, on a besoin de nous) seront supprimées dans la seconde partie de cette saison pour permettre à la chaîne américaine d’intercaler des espaces commerciaux !

Diana Rigg hésite à tourner cette saison devant les conditions de tournage exténuantes. Elle accepte d’y participer à certaines conditions (hausse de salaire et aménagement d’emploi du temps pour jouer au théâtre). Les américains traînent les pieds pour financer la série qui sert tout d’abord de programme d’été de remplacement (!) mais sans l’apport de dollars, "The Avengers" peut s’arrêter à tout moment. Le tournage sera d’ailleurs interrompu durant cette cinquième saison qui fait la part belle au fantastique et aux parodies de séries concurrentes.

Brian Clemens et Philip Levene ont une part prépondérante dans l’écriture et le style de cette saison qui reste la plus connue des téléspectateurs. Les ennemis des Avengers sont plus diaboliques que jamais et immortalisent la série. Malgré les conditions dantesques de production, "The Avengers" devient incontournable et est vendu dans plus de cent vingt pays. Diana Rigg est nommée aux Emmy Award (récompense télévisuelle) mais elle a décidé de tourner définitivement le dos à "Chapeau Melon et Bottes de Cuir" pour devenir, à l’instar de Honor Blackman, une James Bond girl.

Image

Comme la précédente, la saison couleur Emma Peel sera diffusée en tranches en France. Quinze épisodes en 1968 puis trois dans les années soixante-dix et les six derniers dans les années quatre-vingt. ABC profite de l’occasion pour remercier les producteurs, Albert Fennell, Brian Clemens et Julian Wintle, les têtes pensantes de la série. John Bryce, déjà présent pendant les saisons vidéo Cathy Gale est engagé afin de donner à la série un visage plus réaliste en abandonnant la fantaisie.

Devant le chaos ambiant, Patrick Macnee s’interroge sur la suite à donner. Néanmoins, après trois épisodes catastrophiques et un retard impressionnant de la production, ABC rappelle Clemens et Fennell aux commandes. Entre temps, Linda Thorson dans le rôle de Tara King alias l’agent 69, a été engagée pour remplacer Diana Rigg ce qui n’est pas du tout au goût des anciens nouveaux producteurs. L’actrice canadienne, recommandée par John Huston, mais également la petite amie de John Bryce, n’a pas d’expérience avec ses vingt ans et a dû suivre un régime avant d’attaquer le tournage ! De plus, voulant la différencier de sa devancière, les producteurs ont voulu teindre Linda Thorson en blonde ce qui lui a fait perdre ses cheveux et l’obligea à tourner les premiers épisodes avec une perruque ! Pressé par le temps, Brian Clemens ne peut pas refaire les épisodes déjà tournés sous John Bryce mais doit les repenser. Il écrit "Ne M’oubliez Pas" qui sert de transition entre Mrs Peel et Tara King en un week-end. Diana Rigg reviendra donc pour cet épisode, connu surtout pour la scène de l’escalier.

Comme Linda Thorson ne savait pas jouer la comédie, Brian Clemens introduit le personnage de Mère Grand afin d'obtenir des scènes drôles avec Steed et une tierce personne mais ce personnage n’était pas censé perdurer. Hors, les américains le réclament et Patrick Newell alias Mère Grand apparaîtra dans vingt épisodes. Le décor somptueux de l'épisode "Ne m'oubliez pas" avait été détruit et fut trop coûteux à reconstruire. C'est pourquoi on retrouve le Q.G. de Mère Grand dans des endroits très saugrenus (cabine téléphonique, piscine, bus à impérial...). Patrick Newell, las de pousser son fauteuil roulant demandera à la production d’engager Rhonda, présente à partir de l’épisode "Miroirs".

La saison bénéficie de scénarios complètement délirants et offre de très bons épisodes même si Linda Thorson ne fera pas oublier Diana Rigg pour la majorité des fans. ABC (les américains) ont dorénavant la main mise sur la série qui est d’abord diffusée aux Etats-Unis avant de passer au Royaume Uni. Les efforts de Brian Clemens et d’Albert Fennell pour maintenir la série au zénith ne pourront rien changer. Le budget est plus important et les conditions de tournage idéales mais, en concurrence avec un programme célèbre outre Atlantique, ABC préfère sacrifier l’importation et The Avengers se termine en février 1969 faute de dollars.

Linda Thorson, qui aurait bien imaginé continuer, a fait évoluer le personnage de Tara King au fil des épisodes mais l’ordre de diffusion privera les français de ce constat. Ils la découvriront (avec ses vrais cheveux) en octobre 1969 dans "Miroirs", un des meilleurs épisodes de la saison et cela peut expliquer pourquoi elle fut très appréciée en France jusqu’à faire la une de nombreux journaux de l’époque.

Six épisodes de cette ultime saison resteront inédits jusqu’à dans les années quatre-vingt chez nous. Malgré quelques tentatives avortées, il faudra attendre huit ans le retour de John Steed accompagné des "New Avengers".

 

Image

 

LA PRODUCTION DE LA SERIE

La période Ian Hendry

1960 marque le début de la série "The Avengers" qui restera dans les annales de la télévision et séduira plusieurs générations de fans sans jamais se démoder. Comment est née cette série qui, près d’un demi-siècle après sa création continu à susciter l’intérêt comme le témoigne la récente ressortie en coffrets dvd ? Howard Thomas, directeur d’ABC (Associated British Corporation) suggère à Sydney Newman, responsable des programmes d’élaborer une série plus en rapport avec son temps, un mélange d’Hitchcock et de Ian Fleming, de suspense, d’action et d’humour (James Bond n’est pas encore à l’écran mais les romans sont déjà célèbres). Newman relève le défi d’adapter ce genre de série pour la télévision. Police Surgeon sert de tremplin car le héros de cette série, Ian Hendry est très apprécié même si elle n’est pas enthousiasmante. Son personnage, le docteur Brent est recyclé dans cette nouvelle formule, le docteur Keel devenant plus actif dans la lutte contre le crime après l’assassinat de sa fiancée, Peggy.

Sydney Newman et le co-producteur de "Police Surgeon" Leonard White prennent les choses en main et Patrick Macnee est approché pour tenir le second rôle, celui d’un espion froid et cynique nommé John Steed. Patrick Macnee a abandonné le métier d’acteur et est devenu producteur; il n’est pas du tout emballé par ce projet et demande un salaire faramineux pour l’époque qui, à sa grande surprise est accepté. Les véritables motivations de Steed resteront un mystère pour les téléspectateurs ne sachant pas s’il est du côté des ‘bons’ ou des ‘méchants’ jusqu’à que la production décide de laisser plus de liberté à Patrick Macnee pour interpréter le personnage.

Petit à petit, il devient le John Steed, gentleman à l’image de son créateur que les téléspectateurs français découvriront sept ans ( !) plus tard. Contrairement à Patrick Macnee, Ian Hendry est très impliqué dans l’élaboration des scénarios de cette première saison. Il n’hésite pas à donner son avis aux producteurs (Newman et White) et réalisateurs (Peter Hammond, Don Leaver) et à changer des scènes des scripts. Son nom apparaît d’ailleurs avant le titre de la série dans le générique alors que celui de Patrick Macnee est mentionné juste après.

La première scène de la série, l’assassinat de la fiancée du docteur Keel est tournée en extérieur à Chelsea et le premier épisode, "Hot Snow" est diffusé le 07 janvier 1961. Le personnage de l’espion vole néanmoins petit à petit la vedette au docteur et en décembre 1961, la décision est prise d’allonger la série à trente-neuf épisodes et d’y inclure un rôle féminin, Venus Smith, une chanteuse de cabaret en alternance avec le docteur Keel. La grève des acteurs met à mal ce projet et au terme de celle-ci, Ian Hendry quitte la série. La production a l’idée de remplacer le docteur par une femme pour la demi douzaine de scripts non utilisés. Mrs Catherine Gale est une femme émancipée ayant vécu en Afrique mais son caractère doit être à l’opposé de celui de Steed.

 

Image

 

Les années Cathy Gale

Contrairement à l’espion au chapeau melon, la fin ne justifie pas les moyens pour elle. Les hautes instances des programmes sont plutôt septiques et voient dans l’arrivée d’une femme une possibilité de déviance sexuelle. La production a en fait joué avec les censeurs créant un personnage féminin pur sensé résisté aux approches de Steed, plus débauché. L’humour et les sous-entendus feront le reste.

A la surprise générale car n’étant favorite pour obtenir le rôle, Honor Blackman signe en juin 1962 pour six épisodes. Les scénaristes doivent faire face au début à quelques problèmes lors de la réécriture des scripts car ils sont peu habitués à ce genre de rôle tenu par une femme. Tous les subterfuges sont essayés pour cacher une arme à feu, le pistolet dans le sac à main ou la jarretière mais cela pose trop de problèmes (on voit mal Mrs Gale relever sa jupe toutes les dix minutes !). Un étui n’étant pas non plus approprié pour la silhouette d’une femme, il est finalement décidé qu’elle vaincra ses adversaires à mains nues. Un combat par épisode est au minimum au programme et il n’y a pas de possibilité de recommencer la scène, l’unique enregistrement vidéo étant la version proposée aux téléspectateurs. Honor Blackman suit un entraînement intensif de cinq semaines qui rendra crédible les combats des deux saisons Cathy Gale. La tenue ville ne résiste pas longtemps à ces scènes de combat et lorsque, Honor Blackman craque son pantalon aux fesses devant les caméras, il est décidé d’utiliser un tissu plus résistant. Le cuir fait son apparition dans la série et lui donne sa réputation et sa particularité. Vert au début à cause de l’éclairage, Honor Blackman sera habituée aux tenues cuir dessinées par Michael Whittaker. Leonard White aura à l’occasion la bonne idée de faire promouvoir la mode avengers suivant son credo ‘imposer la mode, pas la suivre’.

La série diffusée le samedi soir en Grande-Bretagne bénéficie d’un engouement relayé par la presse. Cathy Gale est une révélation et est très bien accueillie par le public. Après quelques semaines de répétition, le personnage de Cathy Gale s’est façonné, il doit en fait contraster avec celui de John Steed. Après une semaine d’hésitation, les deux contrats de Patrick Macnee et Honor Blackman sont renouvelés et le budget pour la série accru pour le démarrage de la troisième saison.

Le départ de Leonard White laisse John Bryce comme seul chef de production. Une des raisons du succès de la série est la bonne entente qui règne entre la production et les scénaristes. Tout le monde collabore pour façonner la série. John Bryce et Richard Bates ont engagé les meilleurs scénaristes, Brian Clemens, Roger Marshall et Malcolm Hulke. Ces derniers participent à l’écriture, aux répétitions et aux enregistrements. La série devient une sorte de pastiche de thriller et une petite heure de pur divertissement. Les téléspectateurs connaissent 50% des faits nécessaires pour comprendre à peu près l’histoire et ils ont cinquante minutes pour démêler l’intrigue. "The Avengers" sont des agents infiltrés qui n’ont pas recours à l’aide de la police, ce fait est établi très tôt dans la production de la série. Les scènes comportant des boissons alcoolisées ou des cigarettes sont limitées au maximum et les jurons proscrits. Cathy Gale se bat et se comporte comme un homme mais doit garder sa féminité et les deux protagonistes ne doivent en aucun cas échanger un baiser. Les adresses des Avengers deviennent permanentes et les débuts et fins des histoires se déroulent dans ces lieux.

Le film est très peu utilisé durant cette troisième saison mais les tenues sont plus élégantes. Frederick Starke dessine la toilette de Cathy Gale (un défilé a lieu le 29 octobre 1963 à Londres) pour quinze des vingt-six épisodes de la saison mais le cuir reste à l’honneur et le rôle colle à la peau d’Honor Blackman qui est même invitée à des soirées sm ! Le tournage se déroule six jours par semaine et le reste du temps, les acteurs doivent entretenir leur forme, répondre aux interviews ou essayer de nouvelles tenues… Patrick Macnee et Honor Blackman sont élus ‘personnalités de la télévision indépendante’ en 1963.

La notoriété de la série passe les frontières et en décembre 1963, Louis de Rochemont, un producteur américain propose à ABC de tourner un film couleur de 2 heures-2 heures trente avec Patrick Macnee et Honor Blackman. Les saisons Blackman ne sont pourtant pas diffusées aux Etats-Unis (contrairement au Canada et à l'Australie). Le synopsis est écrit par Howard Thomas car le film doit conserver l'esprit de la série : une promotion anglo-américaine du Foreign Office et du département d'Etat américain est massacrée à Beyrouth. Les journaux titrent 'Young Diplomats Slaughtered in Classroom Massacre'. John Steed et Cathy Gale doivent se rendre sur place accompagnés d'un couple d'agents américains.

Presque à la même époque, ABC a reçu un autre projet américain pour la série : une comédie musicale à Broadway ! Le départ de Honor Blackman en mars 1964 fera avorter le projet. Elle décide de quitter la série après deux années mais son remplacement nécessite la création d’un nouveau personnage. Cathy Gale – Honor Blackman est devenue si populaire en Grande-Bretagne que la tâche est ardue. La fin du script du dernier épisode "Lobster Quadrille" n'était connu de personne pour éviter que la presse s'en empare (même Patrick Macnee et Honor Blackman l'ignoraient). En fait, il a été laissé sans fin pour garder le suspens sur le sort de Cathy Gale. L'Avengers girl est encerclée par les flammes dans un hangar, la scène est coupée et Steed doit reconnaître un corps à la morgue qui n'est pas celui de Cathy. L'épisode a été terminé sans script. Plusieurs fins avaient été envisagées même la mort de la première Avengers girl. A noter, le clin d'oeil de Steed, pussyfooting qui fait référence au rôle de Pussy Galore dans "Goldfinger". Un titre de la presse britannique à l'époque 'Cathy hangs up her boots for good'. Son départ ne sera pas évoqué lors de la quatrième saison mais, dans l'épisode "Too Many Christmas Trees", Steed reçoit une carte de Noël de Cathy Gale (seulement dans la VO).

 

Image

 

Et voici Emma Peel

A l’aube du passage au film pour cette quatrième saison, Julian Wintle, Albert Fennell et Brian Clemens prennent en main le destin de la série. Soixante actrices sont testées pour incarner Samantha (raccourci ensuite à Mantha), le nom de la partenaire de Steed dans les premiers scripts mais l'auteur de cette trouvaille, Brian Clemens n'était pas du tout satisfait et Marie Donaldson a eu son idée de génie ! Cette attachée de presse déduit que le personnage doit avoir du sex-appeal et qu'elle doit attirer la gent masculine, man-appeal en anglais. On abrège en M-appeal, et phonétiquement on trouve Emma Peel !

Il ne reste plus qu’à trouver l’actrice capable de personnifier le personnage qui doit avoir des relations plus chaudes que sa devancière. Elizabeth Shepherd, une galloise est engagée mais elle ne restera qu’un épisode et demi. Elle tourne Voyage "Sans Retour" et une partie de "Cœur à Cœur". Elle est congédiée en plein milieu du tournage de ce deuxième épisode. La production juge en effet que l’actrice, certes talentueuse ne fait pas l’affaire. Cette première Mrs Peel avait la particularité d'avoir une tenue de combat rouge (dessinée par le couturier new-yorkais Bonnie Cashin), des cuissardes rouges et un seul gant en cuir noir. Experte en karaté, il recouvrait la main qui assénait les coups. Mrs Peel-Elizabeth Shepherd devait être également une experte au sabre. Une jeune actrice de théâtre qui avouera plus tard avoir passé le test par amusement est finalement engagée pour reprendre le rôle. Deux bouts d’essai, mettre un pansement au poignet de Patrick Macnee-John Steed et faire feu sur un vilain en fuite sont réussis et Diana Rigg obtient le rôle de sa vie !

Dix huit mois après le départ de Cathy Gale, la série revenait. Patrick Macnee change son approche de la série avec l’arrivée de Diana Rigg, Certaines scènes sont en effet revues avec la bénédiction de Brian Clemens : l’humour et le grain de folie doivent être omniprésents. Steed symbolise le passé dans sa tenue (chapeau melon, parapluie) et son véhicule, une Bentley de 1928 tandis qu’Emma Peel représente l’avenir par les mêmes critères que son partenaire. Le judo de Cathy Gale est abandonné au profit du karaté mais contrairement à sa devancière, Diana Rigg n’aura pas à prendre de leçon de self-défense bien que son entraînement, sous la houlette du cascadeur Ray Austin est très poussé. L’actrice avouera même qu’elle n’avait qu’à se servir de son index pour que les cascadeurs fassent un saut périlleux et se retrouvent le nez à terre. C’est sûrement pourquoi la doublure de Diana Rigg, Cyd Child est souvent beaucoup trop visible !

Comme dans la saison précédente, la production attache énormément d’importance à la mode. Un créateur de renom, John Bates, est engagé afin de dessiner des vêtements avant-gardistes qui doivent également être commercialisés. La demande a en effet augmenté depuis l’apparition sur le marché des articles Cathy Gale et cette fois –ci trois douzaines d’articles sont prévues. La collection est moderne et doit être en avance sur son temps pour ne pas être dépassée dès la première diffusion et le noir et blanc de la série est pris en considération. Emma Peel étant plus jeune que Cathy Gale, le cuir est moins utilisé au profit de la dentelle, du crêpe et de la soie. C’est à ce moment que Brian Clemens définit certaines règles pour le tournage de la série.

"Chapeau melon et Bottes de Cuir" doit être une série intemporelle et avoir son propre univers, sans réalité sociale. Il n’y aura donc pas de femme tuée, de second rôle, de sang, d’acteurs de couleur, de policier ou de misère sociale. "The Avengers" évoluent dans un monde à part loin de notre quotidien ! Pour appâter les américains, la série se doit d’être complètement British, les extérieurs représentent de véritables cartes postales touristiques et le vocabulaire utilisé est l’anglais britannique. Le programme doit pouvoir concurrencer les séries américaines par sa spécificité.

"The Avengers" fait son apparition sur les écrans de la télévision américaine sur ABC en mars 1966 avec l’épisode Les Cybernautes. Une séquence d’introduction dite de l’échiquier est nécessaire pour présenter la série aux américains. En effet, contrairement à l’Australie et au Canada, les Etats-Unis n’ont pas connu les saisons Cathy Gale et une présentation de la série par cette séquence d’une trentaine de secondes est jugée indispensable. La série est, par contre reçue favorablement à l’étranger, les australiens se proposant même de participer au financement contre trois épisodes tournés au pays des kangourous. L’offre est jugée néanmoins trop coûteuse et poliment refusée.

Les épisodes de cette quatrième saison marquent un changement avec la période Cathy Gale ; les épisodes délaissant l’espionnage pur au profit de la science fiction. Le tournage est très difficile au rythme de quatorze heures par jour. Chaque épisode coûte en moyenne 30 000 £ pour dix jours de tournage bien que quatorze jours soient souvent nécessaires. Le début du tournage eut lieu en mai 1965 dans les studios Elstree et les extérieurs seront souvent tournés non loin de là, dans le Hertfordshire.

 

Image

 

LES PERSONNAGES

John Steed

Elégant, amusant et efficace, John Steed est l'espion anglais dans ce qu'il a de plus irrésistible. Pourtant au tout début de la série, il n'était qu'un agent secret ambigu et ombrageux. Mais au fil des saisons, Steed est devenu un incroyable espion, enclin à séduire ses partenaires et à résoudre ses enquêtes de la manière la plus classieuse. Même dans les situations les plus absurdes (ça arrive assez souvent), Steed conserve un flegme impérial et un humour délicieusement décalé.

 

Docteur David Keel

Premier partenaire de John Steed, le médecin David Keel était même le héros principal de la série. En enquêtant sur la mort de sa femme, Keel rencontre Steed et font équipe pour débusquer les coupables. Personnage positif, Kell était la vraie vedette de la série.

 

Cathy Gale

Après quelques hésitations et des nouveaux collègues, Steed découvre avec Cathy Gale, les joies d'un duo mixte. Il est intelligent et amusé, elle est efficace et très belle. Anthropologue de formation, elle va donner le ton de la série : loufoque et séduisante. L'aspect sexuel fait son entrée dans la série avec ce personnage au look très "cuir ".

 

Emma Peel

La plus célèbre de toutes les collaboratrices de Steed. Rousse, délurée et surtout experte en arts martiaux, l'envoûtante Emma Peel est plus légère que Cathy Gale. Fausse ingénue, elle abandonne le cuir pour des vêtements plus moulants et pratiques. Irrésistible, ses discussions avec Steed sont toujours à double sens.

 

Tara King

Moins excentrique que les précédentes, Tara King est aussi plus jeune et moins dégourdie. Ses rapports avec John Steed sont nettement plus chastes. Sa désinvolture et son bon sens la rendent néanmoins très séduisante.

 

Mère-Grand

Responsable des services secrets, Mère-Grand est le supérieur de Steed. Handicapé, cet imposant gentleman a le chic pour apparaître là où personne ne l'attend.

 

Image

 

LES ACTEURS

Patrick McNee (John Steed)

Né en 1922, l'Anglais Patrick McNee s'exile rapidement aux Etats Unis, pour exercer son métier. Les films dans lesquels il joue, ne sont pas des chefs d'oeuvre et McNee est très déçu. Dans les années 50, il se tourne vers la production de documentaires pour l'Angleterre, les Etats Unis et le Canada. En 1959, il obtient la nationalité américaine. En 1961, il devient John Steed, une espèce de double décomplexé de l'acteur : Normal alors que McNee reste tant d'années sous le chapeau melon ! A coté, il n'oublie pas son métier de producteur. Après la série, il s'est un peu compromis dans des projets inégaux. On peut retenir ses apparitions dans "Dangereusement Vôtre", le James Bond de l'année 1985 avec Roger Moore, "Spinal Tap", le rigolo mais fauché "Waxwork", deux épisodes de la série "Galactica" ainsi que plus récement dans la série "Thunder" ("Caraïbe Offshore"). Enfin, il joue le collègue invisible de John Steed dans la version ciné de la série, signée Jeremiah S.Chechik.

 

Ian Hendry (Docteur David Keel)

Né au début des années 30, Ian Hendry était le héros de la série "Police Surgeon". Il y interprétait déjà un médecin et son personnage fut légèrement modifié (plus aventurier) pour les besoins de "Chapeau Melon" en 1961. Attiré par le cinéma, il quitte la série mais sa carrière ne sera pas brillante. Quelques séries B., des petites apparitions à la télévision, rien de très intéressant. Sa filmographie lui a permis tout de même de travailler avec les studios de la Hammer mais aussi avec Brian Clemens sur le film "Captain Kronos".

 

Honor Blackman (Cathy Gale)

Cathy Gale fit l'effet d'un véritable électrochoc sur les Anglais. Cette actrice (née en1927) qui tourne depuis 1946 dans des productions anglaises, devient alors une icône des années 60. Lorsqu'elle abandonne la série, elle est donc très sollicitée. On la retrouve à l'affiche de deux films importants de cette décennie : "Goldfinger" et "Jason et les Argonautes". Dans le premier, elle tombe sous le charme de Sean Connery et dans le second, elle fait craquer Jason et les monstres de Ray Harryhausen. Plus tard, elle retrouve Sean Connery dans une production européenne où elle côtoie Brigitte Bardot et Stephen Boyd. Au début des années 70, elle limite ses apparitions à l'écran, préférant s'occuper de sa vie privée.

 

Image

 

Diana Rigg (Emma Peel)

Premier rôle de Diana Rigg, le personnage d'Emma Peel va la poursuivre constamment. Née en 1939, elle quittera la série pour se lancer dans une carrière cinéma. Comme Cathy Gale, on la retrouve dans les bras de James Bond dans "Au Service de sa Majesté". Elle croise ensuite des acteurs comme Charlton Heston ("Jules César"), Vincent Price ("Théâtre de Sang"), Oliver Reed, Telly Savalas, George C. Scott, Philippe Noiret etc... Mais elle se fait de plus en plus discrète, poursuivie par les fans hystériques d'Emma Peel. En 1994, elle reçoit de la reine Elizabeth II, le titre de "Dame" (Commander of the British Empire).

 

Linda Thorson (Tara King)

A part son rôle dans "Chapeau Melon", Linda Thorson est surtout célèbre pour sa relation amoureuse avec Frank Sinatra. Elle a mené une carrière exclusivement à la télévision, dans de nombreuses séries anglaises.

 

Patrick Newell (Mère-Grand)

Acteur de théâtre, Patrick Newell fut à l'écran un acteur discret malgré sa corpulence. Talentueux, il a cependant toujours joué des seconds rôles. Compétent, il a participé à beaucoup de productions locales et on peut le reconnaître dans l'excellent "Le Secret de la Pyramide", film d'aventures sur la jeunesse de Sherlock Holmes, réalisé par Barry Levinson en 1985.

 

Image

 

FICHE TECHNIQUE

Créée par : Brian Clemens

Producteur associé : Albert Fennell

Producteurs : Julian Wintle, Leonard White, John Bryce

Thème musical : Laurie Johnson

Musique : Laurie Johnson, Howard Blake

Directeurs de la photographie : Alan Hume, Ernest Steward, Gilbert Taylor, Peter Jessop, Lionel Banes, Gerry Turpin, Wilkie Cooper, David Holmes, Stephen Dade, H.A.R. Thomson, Walter J. Harvey, Gerald Gibbs

Montage : Lionel Selwyn, Richard Best, Karen Heward, Peter Tanner, Anthony Palk, Manuel del Campo, Ann Chegwidden, Robert C. Dearberg, John Glen, Frank P. Keller

Casting : G..B. Walker

Conception de la production : Robert Jones, Jim Goddard, Robert Fuest, Terry Green, Patrick Downing, Paul Bernard, David Marshall, Wilfred Shingleton, Alpho Reilly, Ann Spavin, Richard Harrison, Douglas James, Philip Harrison, Robert MacGowan

Directeurs artistiques : Harry Pottle, Len Townsend, Kenneth McCallum Tait, Fred Carter

Conception des costumes : Jackie Jackson, Anne Gainsford, Alun Hughes, Pierre Cardin, Felix Evans, Jackie Jackson, John Bates, Frederick Starke, Ivy Baker, Jean Fairlie, Michael Whittaker, Harvey Gould,  Hilda Geerdts, Gladys James

Maquillage : Basil Newall, Jim Hydes, George Blackler

Coiffures : Pearl Orton, Hilda Fox, Mary Sturgess, Gordon Bond, Bill Griffiths, Jan Dorman, Jeanette Freeman

Assistants-réalisateurs : John Hough, Frank Hollands, Richard F. Dalton, Ron Appleton, Ron Purdie, Ted Lewis, Michael Murray, Jack Martin, Colin Lord, Claude Watson, Ron Carr, Ray Austin, Drummond Riddell

Coordination des cascades : Ray Austin, Joe Dunne

Cascadeurs : Peter J. Elliott, Richard Montez, Cyd Child, Peter Brace, Frank Maher, Romo Garrara, Rocky Taylor, Joe Robinson, Alf Joint, Leslie Crawford

Production : ABC Television (1961/1969)

 

LE GUIDE DES EPISODES

LA SERIE DES ANNEES 70

Dernière mise à jour : ( 05-09-2014 )
 

GUIDES D'EPISODES ANNEES 70

La Brigade des Maléfices avec Léo Campion, Marc Lamole, Jacques François. Guide des épisodes.

Image

Une série créée par Claude-Jean Philippe et Claude Guillemot.

Un guide conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : Les Films Jacques Baillon.

Lire la suite...
 

GUIDES D'EPISODES ANNEES 60

Les Corsaires avec Michel Le Royer et Christian Barbier. Guide des épisodes.

Image

Une série créée par Claude Barma et Claude Boissol.

Un guide conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : Télédis / ORTF / Franco London Films.

Lire la suite...
 

GUIDES D'EPISODES ANNEES 50

Au Nom de la Loi avec Steve McQueen. Guide des épisodes. Saison 3.

Image

Une série créée par Vincent Fennelly.

Un guide conçu par Thierry Le Peut.

Crédits photographiques : Four Star Films, Inc. / Malcolm Enterprises, Inc / CBS Television.

Lire la suite...
 

CONSULTEZ NOS ARCHIVES

Les archives du Magazine des Séries.

Image

Un index conçu par Christophe Dordain.

Dernière mise à jour le 29 mai 2017.

Lire la suite...
 

ARCHIVES RADIO

James Drury dans Le Magazine des Séries sur Radio Campus Lille le 17 janvier 2015.

Image

Un événement radiophonique en collaboration avec Jean-Luc Vandiste.

Le 17 janvier 2015 sur Radio Campus Lille.

Lire la suite...
 

RECHERCHEZ

SYNDICATION