VISITEURS ACTUELS

Il y a actuellement 2 invités en ligne

ACTEURS TV

Gary Collins

Image

Un portrait conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : ABC Television.

Lire la suite...
 

ACTRICES TV

Diana Rigg.

Image

Un portrait et une galerie conçus par Régis Dolle.

Crédits photographiques : ABC Television / Avengers Productions.

Lire la suite...
 

REALISATEURS TV

Christian I. Nyby II

Image

Les grands réalisateurs de séries télévisées.

Un dossier conçu par Christophe Dordain.

Lire la suite...
 

PRODUCTEURS TV

Quinn Martin

Image

Un dossier conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : Quinn Martin Productions / ABC Television / CBS Television / NBC Television.

Lire la suite...
 

FILMS TV

Les Rues de San Francisco de Walter Grauman avec Karl Malden, Michael Douglas, Robert Wagner.

Image

Un téléfilm réalisé par Walter Grauman.

Un dossier conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : Quinn Martin Productions.

Lire la suite...
 

GUIDES D'EPISODES ANNEES 2010

Body of Proof avec Dana Delany, Jeri Ryan, Nicholas Bishop. Guide des épisodes.

Image

Une série créée par Chris Murphey et Matt Gross.

Un guide conçu par Noah Ward.

Crédits photographiques : ABC Television.

Lire la suite...
 

GUIDES D'EPISODES ANNEES 2000

Les 4400 avec Joel Gretsch, Jacqueline McKenzie, Peter Coyote. Guide des épisodes.

Image

Une série créée par Scott Peters.

Un guide conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : USA Network / American Zoetrope.

 

Lire la suite...
 

GUIDES D'EPISODES ANNEES 80

Timide et Sans Complexe avec Ben Vereen et Jeff Goldblum. Guide des épisodes.

Image

Une série créée par Stephen J. Cannell.

Un guide conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : ABC Television / Cannell Productions.

Lire la suite...
 
Poigne de Fer et Séduction avec Robert Vaughn, Nyree Dawn Porter, Tony Anholt. Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Magali Devine   
15-06-2015

Image

Une série créée par Gerry Anderson.

Un dossier conçu par Magali Devine.

Crédits photographiques : ITC Television.

POIGNE DE FER ET SEDUCTION

(1972/1974)

 

Image

 

Une équipe issue d’une organisation internationale de détectives – appelée The Protectors - parcourt le monde et traque les réseaux criminels. Composée de trois personnalités (l’Américain Harry Rule, le Français Paul Buchet et la Comtesse Caroline de Contini, une Italienne d’adoption), elle loue ses services au-delà des frontières aux gouvernements ou aux particuliers aisés. Complémentaires, ces trois protagonistes associent ainsi leurs talents dans cette série d’action britannique typique des années 70.

 

Image

 

PRESENTATION

Dans les années 60 et 70, ITC prit la tête des compagnies de télévision britannique grâce à des programmes bouillonnant d'action, d'aventure et d'imagination. Chaque semaine les téléspectateurs pouvaient suivre les exploits de plusieurs héros, hommes et femmes, combattant le crime et l'injustice à travers le globe dans des séries telles que "Le Saint", "Les Champions", "Randall et Hopkirk", "Département S", "L'homme à la valise" ou bien encore "Amicalement Vôtre" et "Le Prisonnier". En 1972 un autre groupe de combattants du crime surgit de l'écurie déjà bien fournie des personnages de ITC en une nouvelle série policière d'une demi-heure, nommée "Poigne de Fer et Séduction".

Cette nouvelle série racontait les aventures d'une organisation de détectives internationaux, plus spécialement de l'une des équipes, composée de l'Américain Harry Rule, de l'Anglaise (malgré son nom italien) Comtesse Caroline de Contini et du Français Paul Buchet. Libres des contraintes de la loi, qui enlisent la plus part des organisations de polices internationales, les PROTECTORS (puisque c'est le titre originel de cette série) louent leurs services aux gouvernements, femmes et hommes d'affaires et riches particuliers qui sont capables de régler leurs honoraires. Ils n'ont pas de frontière et peuvent, par conséquent, agir partout dans le monde.

 

Image

 

LA PRODUCTION DE LA SERIE

La série fut tournée aux studios EMI MGM à Elstree et en extérieurs par la Compagnie de Gerry Anderson, Group Three, appelée ainsi en raison de ses trois directeurs : Gerry Anderson, Reg Hill et Sylvia Anderson, même si, en dehors de l'écriture de l'épisode "Le Président" diffusé au cours de la première saison, cette dernière n'a pas été plus impliquée que cela dans la série. Quant à Gerry Anderson, plus connu pour ses séries d'animation avec marionnettes comme "Stingray", "Thunderbirds" ou "Captain Scarlett", il tournait là sa deuxième série avec de vrais acteurs après "U.F.O." et avant "Cosmos 1999" : "On m'a demandé de faire le show par l'intermédiaire de Lew Grade près de 4 semaines avant que nous commencions la pré-production" explique Gerry Anderson : "Lew Grade m'a donné une feuille de papier avec le découpage du format en 4 paragraphes et c'était la seule série que je n'avais pas créée moi-même". Il ne se priva pas toutefois pour faire appel aux talents de plus d'un membre de la vieille Century 21 pour tourner la série car dit-il : "... si quelqu'un travaille dur sur une série c'est normal qu'il puisse faire les séries suivantes".

Mais les noms célèbres ne se cachaient pas tous derrière la caméra et de célèbres vedettes-invitées ou de talents montants firent un passage remarqué dans la série. L'on peut citer parmi ceux-ci :

- Ed Bishop ("U.F.O."), Vladek Sheybal, Ian Hendry ("Chapeau Melon et Bottes de Cuir" - 1ère saison),

- Laurence Naismith, Patrick Magee, John Thaw (le futur "Inspecteur Morse"),

- Nigel Green, Milo O'Shea, Eartha Kitt, Hannah Gordon, Stéphanie Beacham, Derren Nesbitt ou bien encore Jeremy Brett (l'inoubliable interprète de "Sherlock Holmes").

- Quant à Shane Rimmer, qui avait été souvent en relation de travail avec Gerry Anderson depuis "Les Sentinelles de l'Air", il écrivit deux épisodes de "Poigne de Fer et Séduction" : "Zeke" (dans lequel il joue le rôle titre) et "Le fourgon", deux épisodes de la 2ème saison. Il est aussi apparu dans l'épisode "La Voix " au cours de la 1ère saison.

Enfin, la musique a été composée par John Cameron tandis que le thème Avenues and Alleyways fut lui écrit par Mitch Murray et Peter Callander et chantée par Tony Christie. Bien que Gerry Anderson aurait préféré que ce soit Barry Gray qui fournisse la musique, John Cameron avait déjà donné son accord et le résultat final est plutôt bien réussi.

Pour ce qui concerne le casting, Robert Vaughn avait été contacté par Lord Grade pour jouer Harry Rule, comme l'avait été Nyree Dawn Porter qui campe le rôle de la piquante Comtesse Caroline di Contini. Il est intéressant de noter que nul autre n'avait été envisagé pour ces rôles. Il est vrai que l'idée de réunir, dans une même série, les inoubliables interprètes de Napoléon Solo dans "Des Agents Très Spéciaux" et et Irène Forsyte dans "La Saga des Forsyte" avait de quoi séduire un large auditoire. Nyree Dawn Porter expliqua, lors d'une interview donnée au magazine anglais TV Zone, comment Vaughn aurait eu le rôle : « J'étais assise à ma table, à l'occasion d'un banquet, quand soudain un cigare est apparu au-dessus de mon épaule, suivi par le légendaire Lord Lew Grade (président et chef exécutif de la chaîne ATV et président de ITC). Il m'a dit : "Ma chère, j'aimerais que vous fassiez une série pour nous." J'étais frissonnante et j'ai répondu : "bien sur. Pourrais-je voir les scripts ?" Il a répondu : "ne vous en faites pas, ils sont écrits pour vous. Maintenant, qui préféreriez vous comme vedette masculine : Gene Barry, Chuck Connors ou Robert Vaughn ? " Ne m'en voulez pas Gene et Chuck, mais j'ai choisi Robert Vaughn. Je me suis toujours demandée si ce que j'ai dit a fait beaucoup de différence ou si Lord Grade avait déjà fait la distribution du programme, mais c'est ce qui fut fait ». Alors que c'est sur la suggestion de Gerry Anderson que Tony Anholt fut choisi pour jouer Paul Buchet (il sera plus tard l'une des vedettes de "Cosmos 1999" de la 2ème saison). Lors de la 1ère saison, deux autres personnages récurrents étaient également à l'affiche : le chauffeur et garde du corps de la Comtesse, Chino, interprété par Anthony Chinn, et Suki, jeune fille au pair travaillant pour Rule, interprétée par Yasuko Nagazumi que l'on reverra également dans la 2ème saison de "Cosmos 1999". Toutefois, ces deux personnages disparaîtront dans la 2ème saison de "Poigne de Fer et Séduction" et ceci sans explication.

 

Image

 

LE TOURNAGE DE LA SERIE

Chaque épisode demanda en moyenne 6 jours de tournages. Gerry Anderson et Reg Hill se partagèrent le travail quotidien de production. Tandis que Reg Hill coordonnait les choses en Angleterre, Gerry Anderson se chargeait de l'essentiel du travail en extérieur, et il rencontra de grandes difficultés. Ainsi, alors qu'il filmait à Rome par exemple, il avait à contrôler 3 unités à travers une circulation mortelle en même temps qu'il essayait de neutraliser la police, qui insistait en disant que le temps de tournage était écoulé. De même, en dehors de rendre la vie difficile hors champ, une grève dans l'hôtel ou logeait l'équipe, rendait le tournage dans les vestibules et dans les couloirs très difficile. Bien qu'il aime le travail d'extérieur Gerry Anderson avoua "c'était dur, très dur. Il y a eu beaucoup de problèmes et parfois je me demandais comment nous nous en sortirions".

Les différentes intrigues de la série étaient sommes toutes assez classiques, consistant à déjouer des complots terroristes, suivre la piste de trafiquants de drogue, contre carrer les plans de tueurs psychopathes, de divers voleurs, savant fou ou autres espions, etc... Les "Protectors" se retrouvaient aussi aux trousses de saboteurs industriels, à empêcher des assassinats ou même à sortir des gens de prison ou confrontés à résoudre une affaire d'enlèvement.

L'accent était mis sur l'action d'un bout à l'autre de l'épisode. Dans le 1er épisode, "Chute libre", par exemple, la séquence d'ouverture de 3 minutes avant le générique comprend le parachutage d'Harry dans un centre de recherches ; il échappe ainsi à de nombreux gardes; fixe une bombe à retardement avec un détonateur à 30 secondes au bras d'un officiel, qui, obligeamment, lui ouvre le coffre ainsi Harry peut photocopier une formule secrète (de l'or synthétique nous l'apprenons plus tard) après avoir assommé l'officiel d'un direct, et mener à bien sa fuite dans une Rolls portant une casquette de chauffeur et une fois dehors sauter dans sa Jensen et filer à toute allure. Whaou ! Il est vrai qu'en 30 minutes, il n'y avait pas trop le temps de s'attarder en route.

L'aspect aventure de la série mena les héros de "Poigne de fer et Séduction" à travers toute l'Europe avec des épisodes tournés notamment en Italie (Rome - Venise), en Espagne (Barcelone - Madrid), en France (Paris) ou bien encore en Autriche (Salzbourg) au Danemark (Copenhague) ou à Malte. Alors que sur le sol anglais, le tournage conduisit l'équipe dans le célèbre petit village d'Aldbury et son Bridgewater Memorial (John Steed fréquenta souvent ce village), l'aéroport de Denham, Whitehall, Westminster Bridge ou bien encore au célèbre Edgwarebury Hotel d'Elstree, près des studios de tournage, et régulièrement fréquenté par les différents héros des séries anglaises.

 

Image

 

LA DIFFUSION DE LA SERIE

Quand la 1ère saison de 26 épisodes de "Poigne de Fer et Séduction" arriva sur les écrans, de septembre 1972 à mars 1973 notamment en Angleterre, elle fit face à certaines critiques et notamment le fait qu'il y avait trop d'action et pas assez de place laissée aux acteurs acteur. En dépit de cela, le show réussit à être populaire auprès du public et une seconde saison de 26 épisodes fut faite peu de temps après la 1ère et diffusée de septembre 1973 à mars 1974.

La série fut vendue aux USA, en liaison avec de la publicité, région par région. (Il est à noter que la série fut diffusée dans un ordre différent aux Etats-Unis). La popularité des deux premières saisons fut telles, preuve que la série était malgré tout de bonne qualité, qu'une troisième fut envisagée mais durant la pré-production, les relations entres l'ITC de Lew Grade et la société Fabergé dirigée par John Barry, les co-financiers de "Poigne de Fer et Séduction", se brisèrent, ce dernier retira son soutien. Incapable de financer la série seule, ITC abandonna la production. Ainsi, "Poigne de Fer et Séduction" tirait sa révérence après deux saisons et 52 épisodes. 

La diffusion en France, elle, débuta somme toute assez rapidement puisque les premiers épisodes furent proposés dès le 24 novembre 1972 sur la 2ème chaîne de l'ORTF.

 

Image

 

LE CONCEPT DE LA SERIE ET SON EVOLUTION

Le premier concept de la série "Poigne de Fer et Séduction" remonte au tout début des années 70 et, si'l ne différe que peu avec le fond de la série, c'est avant tout dans la présentation des principaux protagonistes que l'on peut mesurer ô combien les choses évoluèrent par la suite.

En effet, au début de 1971, ITC prépara un document publicitaire destiné à vendre le format et le concept de la série aux acheteurs des télévisions américaines. Écrit avant la finalisation des personnages et des rôles principaux, il offre un aperçu fascinant sur la formation de la série et sur les différents acteurs que les producteurs voyaient pour jouer le rôle principal de la série.

Initialement, celui-ci devait s'appeler Craig Bradford, et devait avoir le calibre d'acteurs tels que Chuck Connors; Robert Culp  Ben Gazzarra ou bien encore James Whitmore ou Harry Guardino (avant de devenir Harry Rule), et avait pour partenaire un allemand, un peu bohème, Kurt Neilson (avant de devenir le détective français Paul Dubois... puis Paul Buchet). En fait, le seul personnage prévu dès le départ et qui ne changea pas, fut celui de la Comtesse Caroline Di Contini, de même que l'actrice qui devait l'interpréter, à savoir Nyrée Dawn Porter.

Voici comment la série était présentée dans le dossier de presse original :

- Le plus grand producteur-distributeur du monde de programmes de télévision, qui divertit un million de téléspectateurs dans 91 pays autour du monde, présente : "The Protectors". Qui sont les Protectors ? Dans chaque grande ville du monde, il y a une agence de détectives qui regroupe les meilleurs d'entres eux. Ces supers agents, qui n'ont pas d'égal, forment Les Protectors : L'audace est leur code ; L'excitation leur âme La science leur outil ; L'imagination leur don La détection leur rôle ; Le combat leur passion.

- Craig Bradford est beau, viril, courtois, avec une personnalité de héros des temps moderne. Il travaille étroitement avec l'allemand Kurt Neilson, un aventurier à l'allure d'un hippies, mais qui n'en est pas un. Et la troisième personne constituant le trio majeur, est une anglaise, maintenant mariée à un richissime Comte Italien et bien plus âgé qu'elle, la Comtesse Caroline Di Contini.

- Les trois principaux agents, l'américain Craig Bradford, qui travaille depuis Londres, Kurt Neilson qui est basé à Hambourg et la Comtesse Caroline Di Contini depuis sa somptueuse villa à Rome, maintiennent une liaison permanente entres eux et travaillent également avec les autres Protectors des principales capitales autour du Monde. Chaque agent possèdant un bureau équipé d'un ordinateur ultra perfectionné et de tout un équipement des plus sophistiqués, ce qui leur permet d'être toujours opérationnel. De même, ils utilisent les dernières données scientifiques ou des dispositifs les plus ingénieux.

- Le fait d'être une organisation privée les placent dans une situation idéale et leur permet d'intervenir dans des situations les plus difficiles, là même ou les polices du monde sont bloquées ou handicapées par les hiérarchies administratives à respecter ou par les problèmes de frontières. Ce sont généralement des groupes puissants, des sociétés importantes, des personnes riches voire même des gouvernements, qui font appels à eux. Du coup, même si cela est quelque fois à contre coeur, Interpol, la CIA, la Sûreté Française ou le MI5 anglais, demandent l'aide des Protectors (voilà un canevas scénaristique qui n'est pas sans rappeler celui de "Département S" ndlr.) 

- Dans leur mission, ils fonctionnent comme une véritable équipe, hautement entraînée. Chacun a pourtant sa propre personnalité. Humains jusqu'à l'extrême, ils savent que leur prochaine mission pourrait être la dernière, la mort pouvant être au rendez-vous... alors ils jouissent de la vie comme si chaque moment était le dernier.

- Avec de riches aventures dans divers endroits ; Avec un grand nom d'acteur américain choisi pour être le rôle principal ; Avec des rebondissement dans chaque épisodes ; Avec des scripts fait pour être explosifs ; Avec de l'action et de l'aventure ;

- "The Protectors" est le projet de série d'une demi-heure d'ITC le plus ambitieux et le plus cher.

 

Image

 

LE CHOIX DES COMEDIENS

Robert Vaughn semble avoir été choisi principalement en raison de sa popularité auprès du public à travers la série "Des Agents Très Spéciaux", mais il n'était pas si anxieux que cela de devenir désormais un "Protector" : "Après Les Agents Très Spéciaux, j'avais fait le voeu de ne plus jamais faire de séries TV. Je pensais que cela ne finirait jamais". Comme il l'explique, il voyait cependant plusieurs bonnes raisons d'accepter le rôle de Harry Rule : « La première raison pour moi de faire "Poigne de Fer et Séduction" était que c'était basé en Angleterre et j'étais devenu un des plus grands anglophiles d'Amérique. La deuxième est que nous devions tourner en extérieur à travers l'Europe. La troisième c'est que j'aimais le personnage de Harry Rule car il semblait être un type tout à fait dans mon genre ». Un arrangement financier lucratif fini de le convaincre. D'autant plus qu'il participe également à la production de la série au travers de Ferdporqui Production, société de production qu'il fonda au milieu des années 60 avec Sherwood Price. En tant qu'Harry Rule, détective privé, coordinateur d'une organisation internationale de lutte contre le crime dédiée à la protection des innocents, Vaughn eut la vedette dans 50 des 52 épisodes. Sherwood Price intervint donc en tant que Responsable Exécutif des productions Ferdporqui et apparut aussi dans deux épisodes. Une brève apparition dans le rôle de Carter, un collaborateur, dans Le Témoin et un rôle plus conséquent en tant que l'inepte agent d'espionnage Félix Costa dans Le Petit Chien.

Mais tout ne fut pas parfait. Vaughn et Price auraient, dit-on, surtout étaient mécontents de la qualité d'écriture des scripts de la série, se heurtant en de nombreuses occasions à Gerry Anderson et au personnel de production. Si Robert Vaughn appréciait les "Agents Très Spéciaux", ce n'était pas le cas avec "Poigne de Fer et Séduction" dont il a dit à la presse que c'était « de la camelote insipide », alors même que c'était diffusé pour la première fois ! Shane Rimmer expliqua que si Vaughn n'était pas heureux, il ne le montrait pas dans ses relations avec l'équipe. Vaughn confirmant même : « L'équipe doit avoir pensé que j'étais assez bien pour travailler avec eux mais Gerry Anderson ne m'aimait pas du tout. Je ne l'aimais pas non plus. Le conflit a commencé avant même que je commence la série parce qu'ils m'ont envoyé le script d'un pilote digne d'un dessin animé. Le gars sautant d'un avion, changeant de situation ou quelque chose comme ça et c'était le pilote ! J'ai dit bon... Je venais de quitter les Etats-Unis qui étaient minés par les effets désastreux de la guerre du Viêtnam, évènement qui m'avait littéralement épuisé à l'époque, et c'était une chance de vivre en Europe pendant un an avec une bonne situation. Je supposais que si j'avais amené Sherwood Price, ils seraient capables de comprendre qu'ils n'étaient pas en train de faire "Chapeau Melon et Bottes de Cuir" et ce que je voulais faire c'était le genre de "Chapeau Melon et Bottes de Cuir" ou quelque chose comme ça, et si nous nous y mettions tous ensembles et en discutant ensemble, alors nous obtiendrions un tel résultat. Eh bien ! ça n'est jamais arrivé, ce que je voulais qu'ils fassent je n'ai jamais pu le faire passer. Je ne sais pas de combien de façons j'ai essayé de le dire et combien de messages j'ai envoyé. C'est le plus curieux et le plus étonnant. C'est arrivé par la suite à Richard Widmark alors qu'il tournait un épisode de la série "Madigan" en Angleterre. Et il y avait beaucoup de choses qui étaient bizarres et qui auraient pu amener beaucoup d'humour au script. Un plus faisant de Harry Rule plus qu'un imperméable et une arme, cela aurait pu lui donner un peu de vie privée... quelque chose d'autre que ces intrigues chaotiques. Je ne pouvais pas les comprendre quand je les lisais, je ne pouvais pas les comprendre quand je les faisais, je ne les ai jamais comprises quand je les ai vues à la diffusion. Il y avait cinq ou six personnages qui couraient dans un épisode de vingt cinq minutes ! Alors la frustration grandissait, encore et encore et quand Lew Grade a vendu la série pour une seconde année sans que personne n'ait vu la première, parce que s'ils l'avaient fait, ils ne l'auraient pas vendu pour une seconde saison, jétais coincé. J'étais littéralement exilé et emprisonné pour deux ans dans cette série et c'était très très frustrant parce que je ne pouvais contacter personne qui soit sur la même longueur d'onde pour leur dire que ce qu'ils faisaient était aussi mauvais que les critiques le disaient ». En fait dans le numéro de Variéty du 20 septembre 1972 l'on pouvait lire, à propos du 1er épisode, "Chute Libre", "Vaughn impressionne cette fois encore par une performance discrète et sophistiquée".

La relation entre l'équipe et la star de la série atteint un sommet durant le tournage à Salzbourg de la seconde saison, quand le New York Times publia une interview de Vaughn dans laquelle il exprimait ouvertement son mépris pour l'équipe technique européenne. Anderson menaça de poursuivre Vaughn et en retour Vaughn annonça qu'il quittait la série immédiatement et retournait à Los Angeles. Anderson envoya des billets d'avion de 1ère classe et une voiture avec chauffeur pour conduire Vaughn à l'aéroport, mais le lendemain Vaughn revint sur le plateau sans donner d'explication à son changement d'humeur. Anderson pouvait être soulagé, côté travail le tournage à Salzbourg n'était pas terminé et les arrangements étaient déjà pris pour sept semaines de tournage à Venise. "Poigne de Fer et Séduction" fut aussi l'occasion pour Robert Vaughn et Linda Staab de tourner ensembles, à Malte, avec l'épisode "Le Petit Chien". C'est Vaughn lui-même qui réalisa cet épisode en s'entourant de sa famille car, outre Linda Staad, il y avait aussi Sherwood Price. Vaughn tourna cet épisode comme une comédie burlesque des années 40, indiquant par la même ce qu'il pensait de la série ! Et du reste cet épisode fut qualifié par Sir Lew Grade comme étant : « le pire épisode jamais tourné, toutes séries confondues. Un désastre ».

En dépit de ses doutes, "Poigne de Fer et Séduction" s'avéra être un succès international, faisant sa première à la télévision américaine le 17 septembre 1972 et à la télévision britannique douze jours plus tard. Vaughn admet que ses espoirs étaient peut être trop grands et aussi que la série s'améliore à des visionnages répétés : « C'est assez curieux, je l'ai vu plusieurs fois depuis, ailleurs dans le monde en anglais et j'ai pensé « ce n'était pas si mauvais.  » Ma femme constatait la même chose : « je ne sais pas pourquoi tu t'en plains. C'est aussi bon que tout ce que nous avons à la T.V. américaine ». La série contenait même une partie de son meilleur travail, ce qu'il acquiesce presque en concédant : « Il y a quelques épisodes où je me rappelle que les scripts m'ont touché, certains avec des enfants ("Une délicate mission") et un autre avec Hannah Gordon ("Le Président").  »

En dépit des sentiments que Vaughn a exprimé sur "Poigne de fer et séduction", sa co-vedette, Nyree Dawn Porter a terminé ses deux années de travail sur la série avec une profonde affection pour Vaughn et elle a essayé d'expliquer pourquoi il était entré en conflit avec les producteurs. « J'ai apprécié de travailler avec Robert Vaughn et mon mari et moi-même sommes ravis de l'appeler, lui et sa charmante femme, nos amis. C'est une forte personnalité et un grand indépendant. Je pense que ces qualités se reflètent dans son travail et, bien sûr, dans ses relations avec les gens. Si vous avez une forte personnalité, les gens sont tentés de réagir "fortement" envers (ou contre) vous. Je réagis fortement envers Bob, en dehors du fait que je suis très très fan de l'homme ! » Et d'ajouter : « Bob Vaughn était très viril et extrêmement concentré sur son travail. C'est ce qui fait que certaines personnes pensent qu'il est distant mais ce n'est pas le cas. Il avait un très grand sens de l'humour et un grand sens de la folie qui nous entourait, avec un énorme sens de l'intégrité et un engagement total sur ce quoi il travaille. Lui et sa femme sont devenus de bons amis. En fait, quand ma fille Tassy est née, je me souviens de Robert la tenant comme si elle était une porcelaine de Chine et disant "Pour l'amour de Dieu, ne me laissez pas la faire tomber". J'ai pensé que c'était très doux pour un homme fort comme Robert de se comporter comme ça avec une toute petite fille ».

 

Image

 

DISTRIBUTION

Robert Vaughn : Harry Rule

Nyree Dawn Porter : Contesse Caroline Di Contini

Tony Anholt : Paul Buchet

Yasuko Nagazumi : Suki

 

Image

 

FICHE TECHNIQUE

Créée par : Gerry Anderson

Produite par : Gerry Anderson, Reg Hill

Producteur associé : Des Saunders

Supervision des scripts : Tony Barwick

Directeurs de la photographie : Brendan J. Stafford, Frank Watts

Son : Bill Rowe, David Bowen, Robert T. MacPhee

Enregistrement du son :  J.B. Smith, Dennis Whitlock, Len Abbott

Montage : David Lane, Mike Campbell, Bert Rule, John S. Smith

Montage son : Peter Pennell, John Beaton, Brian Holland, Allan Willis

Casting : Mary Selway, Michael Barnes

Directeur artistique : Bob Bell

Assisté de : Keith Wilson, Micheal Ford

Maquillage : Betty Sheriff, Eddie Knight, Basil Newall

Régisseur : Malcolm Christopher

Assistants-réalisateurs : Frank Hollands, Gino Marotta, David Bracknell

Opérateurs caméra : Ray Sturges, John Winbolt

Costumes : James Smith, Frank Vinall, Jean Fairlie

Coordination des cascades : Roy Vincente, Joe Dunne, Fred Haggerty

Costumes de N.D. Porter : Germina Rangel

Musique : John Cameron

Chanson du générique de fin de : Mitch Murray, Peter Callander

Titre : "Avenues ands Alleways

Interprétée par : Tony Christie

Production : ITC / Groupe Three / Ferdporqui / Sherwood Price / Fabergé (1972/1974)

 

LA SERIE EST DISPONIBLE EN DVD !

 

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

 

 LE GUIDE DES EPISODES

Dernière mise à jour : ( 15-06-2015 )
 

GUIDES D'EPISODES ANNEES 70

Poigne de Fer et Séduction avec Robert Vaughn, Nyree Dawn Porter, Tony Anholt. Guide des épisodes.

Image

Une série créée par Gerry Anderson.

Un guide conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : ITC Television.

Lire la suite...
 

GUIDES D'EPISODES ANNEES 60

Ranch L avec Andrew Duggan, James Stacy, Wayne Maunder. Guide des épisodes.

Image

Une série créée par Samuel A. Peeples et Dean Riesner.

Un guide conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : Twentieth Century Fox Television / CBS Television.

Lire la suite...
 

GUIDES D'EPISODES ANNEES 50

Bonanza avec Lorne Greene, Michael Landon, Pernell Roberts, Dan Blocker. Guide des épisodes.

Image

Une série créée par David Dortort.

Un guide conçu par Christophe Dordain.

Crédits photographiques : NBC Television / Paramount Pictures.

Lire la suite...
 

CONSULTEZ NOS ARCHIVES

Les archives du Magazine des Séries.

Image

Un index conçu par Christophe Dordain.

Dernière mise à jour le 29 mai 2017.

Lire la suite...
 

ARCHIVES RADIO

Dominique Paturel dans Le Magazine des Séries sur Radio Campus Lille le 26 janvier 2013.

Image

Un événement radiophonique en collaboration avec Jean-Luc Vandiste.

Le 26 janvier 2013 sur Radio Campus Lille.

Lire la suite...
 

RECHERCHEZ

SYNDICATION